À l’occasion de la visite d’Emmanuel Macron à l’usine Toyota dans le Nord, le quotidien La Voix du Nord a regretté lundi que l’Élysée ait limité les accès à ses photographes, une décision qui témoigne selon lui d’une dégradation des relations entre la presse régionale et le pouvoir.

« Les photographes de La Voix du Nord ne sont pas accrédités pour suivre Macron dans l’usine Toyota d’Onnaing », dans la périphérie de Valenciennes, s’est plaint sur Twitter le rédacteur en chef du quotidien, Patrick Jankielewicz.

« C’est la première fois » qu’un photographe du journal n’a pas de place dans un +pool+ (un groupe restreint de photographes qui cèdent ensuite leurs clichés aux autres média, NDLR) couvrant un déplacement du président de la République dans la région, a-t-il précisé.

Un rédacteur du quotidien nordiste a en revanche pu suivre, dans le pool, la totalité de la visite du président.

L’incident fait suite à deux demandes d’entretien du chef de l’État formulées par le quotidien de Lille auxquelles l’Élysée n’a pas donné suite: la première à l’occasion de la venue d’Emmanuel Macron à Roubaix le 14 novembre sur le thème de la politique de la ville ; la seconde lors d’un déplacement à Calais, le 16 janvier.

« Pour ce déplacement (à Onnaing), on n’avait pas demandé », a souligné le rédacteur en chef, pour qui accorder une interview au principal journal local lui paraît « logique ». « C’est compliqué, on sent une volonté de maîtriser la communication, et aussi peut-être une méconnaissance de ce que l’on représente », a-t-il ajouté, en évoquant la « sensation que c’est mieux organisé pour la presse nationale que pour la presse quotidienne régionale »

Etiquette: ;