«Il y a deux ans, quand Assad était vraiment au bord de la défaite, et nous nous mettions encore à balayer l’Etat islamique, les Kurdes ont décidé de mettre sur le cheval américain», analyse la situation autour d’Afrine l’expert de guerre Vladislav Churyguine.

Il écrit que le calcul des Kurdes a été le suivant : « Nous ne sommes pas ennemis pour les Russes, nous sommes en neutralité avec les Syriens, les ennemis sont les Turcs, mais nous ne les touchons pas, pour le moment nous battons les Daesh, accompagnés des Américains» qui nous donneront un tas de préférences et soutiendront notre indépendance ».

Mais il ne faut pas oublier, note l’expert, que les Kurdes eux-mêmes sont en guerre éternelle entre eux-même, ils se trahissent facilement. Il n’y a pas un seul Kurdistan en vue, souligne-t-il.

« Maintenant, les Turcs attaquent Afrin et 20 millions de Kurdes de Turquie sont meuts comme une carpe. En conséquence, l’EI a été nettoyé, les Américains ont immédiatement fusionné. Retourner en Syrie, ce qui était une condition de la Russie, les Kurdes refusent. Les nôtres ont haussé les épaules et se sont reculés. Ici, nous voyons l’apparition sur la scène le « Père Recep » [Erdogan] avec l’artillerie et l’aviation. Et maintenant, tout à coup, il est apparu que le russe auraient trahi les Kurdes », dit Chourygine. La raison d’accuser la Russie est trouvée.

Il poursuit avec la même ironie:

« Depuis deux ans, les Kurdes entendent – vous serez trompés !. Ils ne croyaient pas. Ils entendaient – retournez en Syrie et vous y serez protégés. Ils s’en sont fichés. Et à la fin? Oui, maintenant c’est dommage pour les gens ordinaires, que leurs chefs stupides ont envoyés à un hachoir à viande. Mais nous avons quelque chose à voir avec ça ? Nous devons maintenant commencer une guerre avec les Turcs à cause des Kurdes? Mais, pourquoi?!  »

Chourygine complète tout par la prévision de choc – en particulier pour ceux qui disent que la Russie, entrée dans l’intrigue « Turquie-Syrie-Etats-Unis » et les Kurdes avec eux, pourrait prétendument « perdre la Syrie ».

« Et à part, pour certains camarades kurdes prévoyant que maintenant la Russie va définitivement perdre la Syrie. Alors, les mecs, si la Russie perd la Syrie, alors le monde en général oubliera le mot Kurdistan. Le Daesh et les Turcs démoliront tout jusqu’au ras-de-sol « .

Etiquette: ; ; ;