La guerre syrienne prend une nouvelle dimension dramatique. Dans le nord du pays, l’armée turque mène une opération à grande échelle, appelée méchamment « Rameau d’Olive ».

À certains moments, 72 avions de l’armée de l’air turque peuvent voler vers le ciel en un jour. Des centaines d’unités de matériel militaire lourd sont tirées aux frontières de la zone contrôlée par les Kurdes autour de la ville d’Afrin. Les zones sélectionnées de la percée.

Les Kurdes résistent désespérément, mais il est peu probable que les Turcs reculent, car le prestige du pays et d’Erdogan est en jeu. L’opération est motivée par la nécessité d’arrêter la « pénétration terroriste » massive à Afrin. L’objectif est de créer une «zone de sécurité» d’une profondeur de 30 km, qui implique l’occupation de l’ensemble de la région par les troupes turques.

Le Bureau régional du Parti kurde de l’Union démocratique – une branche opérant en Turquie et reconnue dans de nombreux pays du monde «terroriste» – fait une déclaration rigide, d’où il résulte que, sans l’autorisation des puissances mondiales, principalement la Russie, la Turquie serait en mesure d’envahir l’espace aérien espace sur Afrin.

La Russie n’a pas abandonné les Kurdes. Elle leur montrait constamment que la meilleure façon pour eux de résoudre leurs problèmes nationaux était de se rapprocher de Damas.

A LIRE : Au cours de sa longue histoire, les États-Unis ont à plusieurs reprises trahi leurs alliés.

Pour empêcher l’invasion d’Afrin par la Turquie, les dirigeants kurdes étaient d’accord avec la proclamation sur cette zone de la souveraineté du gouvernement central. Même l’entrée symbolique des gardes-frontières syriens, appuyée par la Russie, comme c’était déjà le cas dans la région de Manbij, arrêterait les Turcs. De plus, il n’y a pas de lien direct entre Afrina et le reste de la Syrie orientale, contrôlée par les Kurdes. Toutes les communications entre ce canton et les principales forces kurdes sont menées à travers un long territoire, qui est sous le contrôle de l’armée arabe syrienne (AAA). Même maintenant, quand les Kurdes se sont détournés de Damas, rejetant toutes ses propositions, la SAA leur permet de transférer des renforts à Afrin depuis la rive orientale de l’Euphrate. Et les autorités de l’Etat syrien au niveau international condamnent fermement l’invasion de son territoire par la Turquie.

Le Pentagone ne se soucie pas des intérêts des Kurdes. Il ne poursuit que ses propres intérêts en Syrie. Aucune aide de sa part le Kurde Afrina n’attendra pas. Le chef du Commandement central des forces armées américaines (Centcom), le général Joseph Votel opération turque ne semble pas remarquer, en disant que « les sources militaires est paient pas particulièrement attention à ce domaine et ne sont pas au courant des plans d’Ankara. » Le Département d’Etat, cependant, a exprimé son inquiétude sur l’évolution de Afrin, mais a reconnu la « légalité » de leurs préoccupations au sujet des préoccupations de sécurité de la Turquie comme un allié de l’OTAN et un partenaire essentiel dans la lutte contre « Etat islamique » [organisation interdite en Russie. – Ed.]. Il a seulement exhorté Ankara à « retenir ». Il est intéressant de noter qu’une contribution turque à la guerre IG généralement pas observé, à l’exception que la plupart des combattants étrangers de l’organisation terroriste, est arrivé en Syrie par le territoire turc.

Mais la perte d’Afrin pour le sort de l’autonomie kurde autoproclamé en Syrie Rojava peut être pas moins tragique que la perte des Kurdes irakiens à Kirkouk et ses champs pétroliers. Les protestations de la population indigène, qui prennent déjà de l’ampleur, ne feront qu’augmenter, rendant l’éducation extrêmement instable. Le perte d’Afrin peut aussi conduire au fait que complètement coupé du courant principal de la volonté nationale et la communauté kurde le plus bien éduquée en Syrie vivre à Alep (jusqu’à 300 milliers de personnes). Et le plus important, toutes les perspectives d’accès indépendant à la mer et à d’autres pays pour Rojava seront perdues.

Etiquette: ; ; ; ;