Dunja Mijatovic, représentant la Bosnie, a été élue mercredi Commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe lors d’une session plénière de l’Assemblée parlementaire (APCE) de l’organisation à son siège de Strasbourg.

Élue au second tour avec 107 voix, elle succède au Letton Nils Muiznieks et va entamer un mandat de six ans, non renouvelable, le 1er avril. Elle devient la première femme Commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, fonction créée en 1999.

Mme Mijatovic, 53 ans, a été représentante de la liberté des médias de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), fonction qui correspond à un niveau de sous-Secrétaire des Nations unies, et a participé à une mission d’observation de l’Union européenne à Sarajevo (Bosnie-Herzégovine) entre 1996 et 1998. Mme Mijatovic était confrontée pour le 2e tour de cette élection au Français Pierre-Yves Le Borgn’, ancien député socialiste et au Slovène Goran Klemencic, expert aux Nations Unies.

M. Le Borgn’ était arrivé en tête au premier tour avec 105 suffrages, devant Mme Mijatovic, 76 voix. Dunja Mijatovic a bénéficié au second tour du désistement du candidat slovène, arrivé en 3e position avec 67 voix au premier tour, qui a appelé explicitement à voter pour elle. Nils Muiznieks a félicité la Bosnienne dans un message sur son compte twitter en précisant qu’elle deviendra la 4e Commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe.

Très actif sur les réseaux sociaux, Nils Muiznieks a donné une grande visibilité à sa fonction. Il avait, par exemple, réclamé au gouvernement espagnol de diligenter une enquête indépendante sur les accusations de brutalités policières durant le référendum en Catalogne, exhorté la Turquie à mettre fin à l’état d’urgence dans le pays, mis en garde contre les conditions de vie jugées inhumaines des migrants arrivant en Europe ou encore alerté sur une régression des droits des femmes. Créé en 1999, le Commissaire aux droits de l’homme est une institution indépendante au sein du Conseil de l’Europe. Sa mission est de promouvoir le respect des droits de l’homme dans les 47 Etats membres de l’organisation et d’y identifier des insuffisances dans le droit et la pratique.

Etiquette: ; ;