La confiance des Français dans la politique s’est très légèrement redressée en un an, mais ils ne sont encore que 22 % auxquels elle inspire des « sentiments positifs », selon une enquête OpinionWay diffusée mardi.

Les bouleversements survenus en France en 2017 n’ont guère modifié le rapport des Français à la politique qui continue de susciter des « sentiments négatifs » chez les trois-quarts d’entre eux, malgré un léger effet Macron, selon une enquête OpinionWay diffusée mardi. Avec 76 % (-5) de réponses négatives, la confiance des Français dans la politique s’est très légèrement redressée en un an, mais ils ne sont encore que 22 % (+4) auxquels elle inspire des « sentiments positifs ».

Dans le détail, la politique suscite de la méfiance à 39 % (-1) d’entre eux, du dégoût (25 %, -3) ou encore de l’ennui (9 %, -1). Elle n’inspire en revanche de l’intérêt qu’à 11 % (+1), de l’espoir à 8 % (+3) et du respect à 2 % (=), selon cette enquête annuelle pour le Cevipof (Sciences Po).

36% font confiance à Emmanuel Macron.Le chef de l’Etat tire son épingle du jeu lorsque l’on interroge les Français sur leur confiance dans les personnalités politiques selon leurs fonctions. 36% lui font aujourd’hui confiance, soit 11 points de plus que lors de la précédente enquête en décembre 2016, quand la présidence était incarnée par François Hollande. 36% également font aujourd’hui confiance au Premier ministre, mais ce n’est qu’un point de plus que fin 2016.

Emmanuel Macron arrive en tête des personnalités qui suscitent la confiance, parmi huit noms proposés, avec 36% (+2) d’opinions positives, devant Edouard Philippe (34 %) et Nicolas Hulot (31 %), nouveaux entrants. Ils devancent largement Jean-Luc Mélenchon (19 %, -2), Benoît Hamon (18 %, entrant), Marine Le Pen (17 %, -11) en forte baisse, François Bayrou (14 %, -9) et Laurent Wauquiez (14 %, entrant).

Les élus locaux devant les députés. Bien qu’en nette baisse, la confiance des Français va d’abord à leurs élus locaux, le maire de leur commune (55 %, -9), leurs conseillers départementaux (40 %, -9) et régionaux (39%, -9). Malgré le renouvellement de l’Assemblée nationale, les députés (35 %, -10) et députés européens (25 %, -5) arrivent en queue de peloton. Pour seulement 16% (+6) des Français interrogés, les responsables politiques en général se préoccupent de ce que pensent les gens comme eux, contre 83 % (-6) d’un avis contraire.

L’intérêt pour la politique elle-même divise en revanche les personnes interrogées: 51 % (-5) disent s’y intéresser contre 48 % (+4) d’un avis contraire. Sept Français sur dix (71 %, -4) jugent par ailleurs les responsables politiques « plutôt corrompus », contre 25 % (+2) aux yeux desquels ils sont « plutôt honnêtes ».

Enquête réalisée en ligne du 13 au 26 décembre auprès de 2.084 personnes inscrites sur les listes électorales. Marge d’erreur de 1 à 2,2 points.

Etiquette: ;