Le président américain Donald Trump a rappelé mardi que ses prédécesseurs « laissaient bêtement partir des centaines de terroristes dangereux », dont le chef du groupe extrémiste « Etat islamique » (ET, interdit en Russie), Abu Bakr al-Baghdadi.

Il a livré un message traditionnel « Sur l’état du pays » lors d’une réunion conjointe du Sénat et de la Chambre des représentants du Congrès américain.

« Dans le passé, nous avions laissé bêtement partir des centaines de terroristes dangereux, pour se retrouver avec eux sur le champ de bataille, y compris le chef de l’EI al-Baghdadi», a déclaré le chef de la Maison Blanche, ajoutant qu’il a annulé mardi un décret de son prédécesseur pour fermer la prison spéciale de Guantanamo Bay à Cuba.

Trump a souligné que les terroristes doivent être éliminés, et « si nécessaire, il faut les arrêter et les interroger ». « Les terroristes ne sont pas seulement des criminels, ils sont des « combattants ennemis illégaux », a déclaré le président. Selon lui, « lors d’une saisie à l’étranger, ils devraient être traités comme des terroristes. »

Trump a appelé le Congrès à adopter le projet de loi qui permettrait à Washington dans la lutte contre l’EI et « Al-Qaïda pour obtenir tous les droits nécessaires à la détention de terroristes, partout où les Etats-Unis les poursuivraient».

Etiquette: ; ;