L’allocution de Donald Trump pour son premier discours sur l’état de l’Union face au Congrès a été remarquée pour son ton présidentiel.

Il a appelé ainsi au rassemblement du pays pour l’application de ses réformes sur l’immigration, un vaste plan de modernisation des infrastructures et une politique internationale ferme vis-à-vis des pays «rivaux» tels que «la Chine et la Russie».

Gérald Olivier, journaliste et rédacteur en chef du blog «France-Amérique», considère depuis le début de son mandat, que le Président américain ne se situe pas dans le champ de la politique: «il n’y a pas de la part de Donald Trump une véritable volonté de faire de la politique». Ainsi le président milliardaire «gère les États-Unis comme si c’était une société».

Le journaliste et essayiste, spécialiste en géopolitique, Harold Hyman estime que le discours de Trump sur l’accord nucléaire avec Téhéran est contre-productif, car «on avait une espèce de deal qui marchait comme il pouvait, pas si mal que ça». Il différencie également les deux sujets que sont l’Iran et la Corée du Nord: «il n’y a pas d’accord possible avec la Corée du Nord comme il y avait avec l’Iran, donc l’approche de Trump est parfaitement défendable, il faut faire quelque chose de musclé, de très musclé».

Etiquette: