La police iranienne a annoncé aujourd’hui l’arrestation de 29 femmes ayant participé à la campagne de protestation contre le port du voile, rapporte l’agence de presse semi-officielle Tasnim.

Le port du foulard ou hijab est obligatoire en Iran depuis la révolution de 1979 qui a créé la République islamique. Les femmes qui enfreignent le code vestimentaire en public peuvent être arrêtées, condamnées à une amende ou faire l’objet d’une admonestation. Le mouvement de protestation contre le port du hijab a connu un temps fort en décembre, avec la diffusion d’une vidéo et de photos sur internet montrant une femme brandissant une écharpe blanche fixée au bout d’un bâton, à la veille du déclenchement des grandes manifestations contre la vie chère, raconte Masih Alinejad, militante iranienne.

Cette journaliste de télévision a lancé #WhiteWednesdays et #MyStealthyFreedom, rubriques de Twitter qui permettent aux femmes de diffuser des photos d’elles-mêmes tête nue. La vidéo de la femme au foulard blanc sur un bâton est devenue virale et elle a été arrêtée, indique Masih Alinejad, qui a décidé de vivre en exil depuis 2009. La femme a depuis été libérée, selon une information diffusée sur Facebook par l’avocate spécialisée dans la défense des droits de l’homme, Nasrin Sotoudeh.

Masih Alinejad, qui a reçu des menaces de mort depuis le lancement d’une campagne plus large que #whitewednesdays il y a trois ans, dit crouler sous les photos et les vidéos de femmes imitant la fameuse vidéo devenue virale. « Nous luttons contre le symbole d’oppression le plus visible », explique Masih Alinejad, qui vit à New York. « Ces femmes disent : ‘ça suffit. On est au 21e siècle et nous voulons être nous-mêmes. »

Etiquette: ; ;