La Corée du Nord est sous le coup des sanctions internationales suite au développement de son armement nucléaire.

La situation contraire est décrites dans le rapport d’experts des Nations unies incistant qu’elle aurait réussi à exporter entre janvier et septembre 2017 des produits interdits, notamment du charbon, ce qui aurait rapporté environ 160 millions d’euros. L’organisation internationale accuse également Pyongyang de fournir des armes à la Syrie et à la Birmanie.

Le document, signé par un groupe d’experts de l’ONU chargés de vérifier l’application des sanctions et destiné aux quinze membres du Conseil de sécurité, pointe les pratiques de Pyongyang pour poursuivre la vente de charbon, notamment dans des ports en Russie, en Chine, en Corée du Sud, en Malaisie et au Vietnam. Il évoque des pavillons de navire trompeurs, des transferts en mer de produits illicites entre navires et l’utilisation de documents frauduleux. Le tout pour masquer l’origine du charbon, présenté comme russe ou chinois à partir de documents falsifiés.

De même, le régime de Kim Jong-un s’affranchit des interdictions de l’ONU et s’approvisionne en pétrole par de nombreux moyens, notamment en s’appuyant sur des étrangers, des entreprises étrangères et même des trafiquants. « Un effort coordonné entre les États membres [de l’ONU – NDLR] est crucial pour contrecarrer ces activités illicites rampantes », soulignent les experts à l’origine du rapport.

En 2017, notamment à l’initiative de Washington, le Conseil de sécurité a imposé plusieurs séries de sanctions économiques à la Corée du Nord après que le pays a mené des tirs de missiles et un essai nucléaire. Les sanctions touchent notamment les exportations de charbon, de fer, la pêche, le textile et limitent l’approvisionnement de Pyongyang en pétrole.

Etiquette: ; ;