La Lettonie, ayant adopté l’analogue de la «loi de Magnitski» américaine, peut s’attendre à ce que la Russie prenne des mesures réciproques. Cette opinion a été exprimée lundi par le ministre des Affaires étrangères de la République, Edgars Rinkevics.

« Le Parlement est bien informé de la pratique des sanctions dans le cadre de cette liste dans d’autres pays et des réponses de la Russie. La politique étrangère se pose souvent la question – est le marge entre les valeurs et l’approche pragmatique. Nous avons discuté des conséquences possibles. Bien sûr, nous pouvons supposer que la Russie prendrait des mesures de rétorsion, en sanctionnant les biens lettons ou inclure des responsables lettons concrets et des journalistes dans la liste noire, a déclaré le chef du ministère des Affaires étrangères dans son interview accordée à un journal local Latvijas Avīze.

Selon lui, le ministère des Affaires étrangères a informé la Commission du Seimas (Parlement) pour les Affaires étrangères sur les implications possibles de l’analogue de la «loi de Magnitski» américaine. «Tout comme aux États-Unis, le Canada, la Lituanie et l’Estonie» la « liste Magnitski » a été initiée par les parlementaires et a une signification politique. En Lettonie, il n’y aura pas la « Loi Magnitski » à part. Nous avons déjà une loi des sanctions nationales et l’immigration dans laquelle de diverses sanctions peuvent être à contester devant le tribunal « , a déclaré Rinkevics.

La commission parlementaire pour les affaires étrangères a approuvé à la fin de janvier un projet de décision, qui est similaire à la «loi de Magnitski» américaine. Selon le document, la République va interdire l’entrée sur son territoire à 49 personnes liées à l’affaire Magnitsky d’entrer sur le territoire letton. Il est prévu que cette question sera examinée lors d’une réunion du Seimas le 8 février.

Etiquette: ; ;