Comme le démontrent plusieurs sondages, l’avis de la population envers les États-Unis devient de moins en moins favorable.

Une enquête d’opinion menée par la société Optimar Conseil dans 26 provinces et sur un échantillon de 1508 personnes démontre cette tendance négative vis-à-vis des États-Unis.

A la question,  » vous qualifieriez-vous comme anti-américain ? », 71,9 % des sondés ont opté pour la réponse  » je me considère comme étant un anti-américain », 22,7 % ont choisi « je me considère partiellement anti-américain », tandis que 5,4 % ont indiqué ne pas être « anti-américain ».

Toujours selon cette enquête, 58 % des participants considèrent que « c’est grâce au soutien des puissances internationales (États-Unis, Israël, les pays européens) » que Daech a pu, en très peu de temps, prendre autant d’ampleur en Syrie et en Irak.

A la question, « quelle perception avez-vous du rapprochement Turquie-Russie », 62,1 % des sondés ont exprimé un avis « favorable » tandis que 22,4 % des personnes interrogées se sont dit « défavorables » à ce rapprochement et 15,5 % d’entres elles ne se sont pas prononcées.

Dans un entretien accordé au correspondant de l’Anadolu, le directeur général d’Optimar, Hilmi Dasdemir a révélé que le sentiment anti-américain en Turquie se situait à un niveau jamais atteint jusqu’à aujourd’hui.

« En Turquie, l’anti-américanisme a atteint un niveau historique. Le résultat de l’enquête est très préoccupant du point de vue des relations Turquie-Etats-Unis. Bien sûr que la politique américaine concernant l’organisation terroriste FETO (responsable de la tentative de coup d’état du 15 juillet 2016) a été déterminante dans ce résultat », a souligné Dasdemir avant de rappeler qu’une enquête réalisée en 2016 avait révélé que 25,2 % des Turcs pensaient que les Etats-Unis étaient derrière la tentative de coup d’état du 15 juillet.

Par ailleurs, ce dernier a noté qu’en 2015, 23,1 % des personnes interrogées en Turquie étaient favorables à un partenariat de la Turquie avec les Etats-Unis, alors qu’aujourd’hui seulement 13,6 % des Turcs y sont favorables.

Un autre sondage, réalisé par la société AGS Global auprès de 393 entrepreneurs turcs fait ressortir que 66 % des chefs d’entreprises ont une perception « négative » des États-Unis contre seulement 13 % d’avis « positifs ».

« Le manque de confiance » est la raison avancée pour justifier cette perception négative des États-Unis.

Le président du conseil d’administration d’AGS Global, Ahmet Guler a commenté les résultats de l’enquête, soulignant que les pays occidentaux tentaient de préserver leurs vieux réflexes vis à vis de la nouvelle Turquie.

« La crise de gouvernance vécue au sein de l’Union européenne depuis longtemps et une situation semblable aux Etats-Unis avec Trump peuvent expliquer ces approches négatives », a t-il assuré.

Une troisième enquête menée par l’entreprise A&G vient confirmer cette tendance à l’anti-américanisme en Turquie.

« Avec le soutien apporté par les Etats-Unis aux terroristes du PYD/PKK, alors que la Turquie a lancé l’opération Rameau d’olivier à Afrin, le taux d’anti-américanisme dans la société turque a atteint des proportions allant de 85 à 90 % », a affirmé Adil Gur, le dirigeant d’A&G.

Etiquette: ; ;