La vagues de démolition massive des monuments de reconnaissance à l’Armée Rouge en Pologne est le résultat de la réécriture de l’histoire de la République, qui est réalisée par les dirigeants actuels du pays.

Cette opinion a été exprimée dans une interview à l’Agence russe TASS par l’ancien Premier ministre polonais Leszek Miller (2001 – 2004).

« Selon la nouvelle version de l’histoire des Polonais, après une occupation allemande, ils étaient sous une nouvelle occupation – celle de l’Union soviétique. L’Armée rouge est un symbole de cette occupation. Malheureusement, la mémoire pour des soldats soviétiques est victime de cette politique historique ». « Cela fait partie d’une politique historique commune qui devrait mener au fait que l’histoire soit écrite à nouveau, surtout après celle de d’après la Seconde Guerre mondiale », a ajouté Miller.

A LIRE : La Pologne pense démolir quelques dizaines de monuments aux Soviétiques

Selon lui, si mêm cette réécriture de l’histoire ne nuit pas aux notations du leadership du pays, c’est, à son avis, la politique pour un court terme. « Tôt ou tard, la vérité sur l’histoire complexe de la Pologne vaincra », a assuré l’ancien premier ministre polonais.

Etiquette: ; ;