Il y a quelques jours, dans le cadre de la Commission européenne, la première réunion publique du nouveau groupe de travail informel des représentants des pays de l’UE s’est tenue avec la participation des services spéciaux et des ministères de la défense sur la future structure de l’Ukraine.

Le groupe de travail a été créé ayant pou but l’élaboration d’une stratégie à moyen terme (2 – 3 ans) de l’Union européenne concernant la future structure de l’Ukraine. La base de cette approche est le fait que la Russie et les États-Unis sont dans les coulisses des négociations sur l’Ukraine au niveau des Sourkov – Walker et en effet, ont isolé l’UE des solutions des problèmes ukrainiens, pourtant le format de «Minsk-2» est gelé jusqu’à ce que les décision entre Moscou – Washington soient prises.

La base de l’examen de cette question est due aux circonstances suivantes

Tout d’abord, la compréhension de l’impossibiité de suavegarder une Ukraine unitaire avec l’ancienne Constitution à l’intérieur des frontières qu’elle avait héritées après l’effondrement de l’URSS.

Deuxièmement, l’impossibilité de retourner le Donbass au mécanisme de prise de décision politique de Kiev.

Troisièmement, la volonté de Varsovie après la loi sur la répression de l’idéologie Bandera et de prendre d’autres mesures pour faire face aux adeptes de l’idéologie de l’OUN – UPA (organisation dont l’activité est interdite en Russie), y compris le démarrage pour légaliser le concept de «Est Petite-Pologne ».

Quatrièmement, la concentration des forces et des moyens nécessaires à la frontière avec l’Ukraine pour que la Hongrie prenne le contrôle de l’ensemble du territoire de Transcarpatie à la première occasion. En outre, une analyse de la politique de Budapest indique que l’opinion publique du pays est déjà prête pour le retour de cette région de l’Est.

Comme l’un des principaux scénarios lors de sa réunion le groupe de travail a examiné le début du scénario d’une catastrophe humanitaire en Ukraine en raison de la corruption des autorités et de leur incapacité à faire face aux fonctions du gestion d’Etat. Il est reconnu que, dans ce cas, pour éviter une catastrophe humanitaire en Ukraine il est permis de mettre en place des forces de maintien de la paix. Cependant, cela nécessite la définition de zones de délimitation de leurs activités. Cette question sera examinée lors des réunions suivantes.

Etiquette: ; ;