Combien de personnes dorment dans la rue à Paris ? La question oppose frontalement le gouvernement aux associations alors que la mairie lance jeudi le tout premier recensement des SDF dans la capitale.

A l’heure où l’exécutif se défend de minorer le nombre de personnes à la rue dans Paris, plus de 2.000 bénévoles et associatifs vont quadriller les rues de la capitale jeudi lors d’une « Nuit de la solidarité ».

Objectif: « Comptabiliser combien de personnes dorment dans la rue, une fois que toutes les places d’hébergement ont été attribuées par le 115 (numéro d’urgence du Samu social de Paris, NDLR) », explique Dominique Versini, adjointe à la solidarité de la maire de Paris Anne Hidalgo.

Cette méthode, utilisée notamment à New York et dans des grandes villes européennes comme Bruxelles et Athènes, n’a jamais été expérimentée en France où il n’existe pas de recensement officiel des SDF. Seule une enquête de l’Insee, datant de 2012, établit à 143.000 le nombre de personnes sans domicile en France, dont 28.800 adultes francophones dans l’agglomération parisienne.

« Cette opération peut être bénéfique et nous y participerons, car nous manquons de données », reconnaît le président du Samu social de Paris Eric Pliez.

« Il n’existe pas à ce jour de décompte des personnes sans abri en Ile-de-France: les seuls chiffres qui existent sont ceux du nombre de gens qui appellent le 115 et n’obtiennent pas de solution », explique, de son côté, le directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité (ex-Fnars) Florent Gueguen.

Du côté de la Fondation Abbé Pierre (FAP), on attend de voir la suite. « Si ça ne donne pas lieu à une réadaptation des réponses quantitatives et qualitatives d’hébergement, alors ça sera juste un bon coup de com' », met en garde Christophe Robert, délégué général de la fondation.

Etiquette: ;