C’est une promesse de campagne qui semble tenir particulièrement à cœur à Emmanuel Macron : mettre en place un grand Service national universel.

Для плеера требуется установить Flash Player

Mais pour l’heure, force est de constater que l’ambitieux projet peine à se dévoiler dans le détail. Sera-t-il obligatoire ? Qui concernera-t-il au juste ? Que vont apprendre les jeunes qui y participeront ? Autant de questions qui restent pour l’heure en suspens et le gouvernement lui-même semble peiner à trouver les réponses adéquates. Exemple : alors que Florence Parly affirme que le fameux Service ne sera «probablement pas obligatoire», Benjamin Griveaux affirme le contraire quelques jours plus tard. Le Premier ministre n’est pas en reste puisqu’il expliquait que la définition claire du Service national universel était à l’étude… en juin 2017.

Etiquette: ;