Deux jours après le crash d’un avion de ligne russe près de Moscou, l’analyse de ses boîtes noires a révélé un possible givrage des sondes de vitesse Pitot.

Для плеера требуется установить Flash Player

L’enregistreur contenant les échanges vocaux doit encore être déchiffré. Celui contenant les paramètres techniques du vol fait état de données incorrectes sur la vitesse apparemment liées au givrage de sondes dont le système de chauffage était éteint.

Les sondes Pitot permettent aux pilotes de contrôler la vitesse de leur appareil, et donc l’équilibre en vol. Si elles sont encrassées, une mesure incorrecte peut être fournie aux pilotes. Ces informations les auraient poussés à couper le pilotage automatique pour revenir en mode manuel, à une altitude d’environ 2.000 mètres selon les enquêteurs, avant que l’appareil ne se mette à chuter quelques secondes plus tard.

L’Antonov An -148 de la compagnie Saratov Airlines s’est écrasé dimanche avec 71 personnes à son bord, quatre minutes après son décollage de l’aéroport de Domodedovo. Les 65 passagers et six membres d’équipage sont morts. Les hommages aux victimes se sont multipliés ces derniers jours en Russie.

Etiquette: ;