La Colombie dit avoir besoin d’une aide internationale pour faire face à l’afflux sur son territoire de Vénézuéliens qui quittent leur pays pour des raisons économiques.

Le président Juan Manuel Santos, dans un dicours prononcé mardi, a dit « apprécier l’aide financière et autre fournie par le communauté internationale ». « Nous en avons besoin », a-t-il ajouté, « car malheureusement ce problème s’aggrave de jour en jour ».

Le gouvernement colombien estime qu’il en coûte environ cinq dollars par jour et par personne pour fournir logement et nourriture aux réfugiés vénézuéliens. La Colombie a renforcé les contrôles à sa frontière avec le Venezuela la semaine dernière face au nombre croissant de Vénézuéliens en quête d’une vie meilleure.

Le nombre de Vénézuéliens en Colombie a augmenté de 62% au cours du second semestre 2017 pour atteindre 550.000 personnes environ. Beaucoup d’entre eux s’installent dans des conditions précaires dans les villes frontalières, en particulier la plus grande d’entre elles, Cucuta.

Etiquette: ; ;