357 millions d’enfants, soit un sur six, vivent dans des zones de conflits, soit une augmentation de 75 % depuis le début des années 1990.

Selon le rapport intitulé «Les effets de la guerre sur les enfants : il est temps de mettre un terme aux violences contre les enfants dans les zones de conflits», publié ce jeudi par l’organisation internationale Save the Children, sur la Terre, un enfant sur six vit dans une zone de conflits.

Le nombre d’enfant vivant dans des « zones de conflits denses » a atteint 357 millions, soit une augmentation de 75 % depuis le début des années 1990, souligne le rapport.

Depuis 2010, le nombre de cas vérifiés par l’ONU d’enfants tués ou mutilés a augmenté de près de 300 %, ajoute Save the Children dans ce rapport.

Alors que la Syrie, l’Afghanistan et la Somalie figurent parmi les lieux les plus dangereux pour ces derniers, deux enfants sur cinq au Moyen-Orient et un enfant sur cinq en Afrique vivent à environ 50 km des zones de conflits.

En outre, selon la même source, les enfants vivant dans les zones de conflits souffrent de lourds problèmes psychologiques ce qui aura un impact sur les générations futures.

Ainsi, selon Save the Children « le recours aux stratégies relatives à l’enrôlement des enfants et les violences sexuelles » se font plus couramment et ce, en dépit des dispositions internationales relatives à la protection des enfants.

Ces derniers sont victimes de malnutrition et n’ont pas accès à l’éducation ni aux services sanitaires.

Enfin, les données relatives à l’année 2017 n’étant pas encore complètes, le rapport ne tient pas compte du drame vécu par les musulmans de l’Arakan, au Myanmar.

 

Etiquette: ; ;