L’Iran a su vaincre les Etats-Unis dans la bataille économique, appauyé à l’aide de l’Europe. A part cela, le monde devient de plus en plus indifférent aux tentatives américaines d’annuler l’accord nucléaire, a déclaré Juan Cole, professeur d’histoire à l’université du Michigan.

«Malgré les problèmes économiques importants auxquels l’Iran est confronté, et malgré les problèmes réels de distribution inégale des revenus, l’économie iranienne voit des zones claires que la presse occidentale admet rarement», a écrit Cole dans un article récemment publié sur le site Truth Dig.

Un extrait de son article ci-après:

«L’année suivant la levée des sanctions internationales sur la signature de l’accord nucléaire, l’économie a bondi de 16%. Il s’installe maintenant dans une croissance régulière de 4% par an et essaie de développer son économie non pétrolière. Le durcissement récent des prix du pétrole aidera également.»

«Tout progrès économique de l’Iran est dans les dents d’une forte opposition américaine et d’un désir continu de Washington de garder l’Iran pauvre et faible.»

«Juste pour un exemple du défi auquel l’administration Trump est confrontée pour isoler l’Iran économiquement, les échanges iraniens avec le Danemark ont ​​augmenté de 11% en 2017, mais les exportations iraniennes vers le Danemark ont ​​augmenté de près de 38%, donnant à l’Iran une balance des paiements très favorable.»

Le Danemark n’est pas le Venezuela. C’est un petit pays conservateur du nord de l’Europe qui appartient à l’OTAN. Mais comme la majeure partie de l’Europe, elle a adopté l’accord nucléaire de 2015, qui a supprimé les sanctions économiques internationales contre Téhéran.

«Les républicains du Congrès américain n’ont jamais accepté cet accord et ont essayé de le faire exploser en maintenant les sanctions américaines contre l’Iran et, comme la mafia, en menaçant les tiers qui commercent avec l’Iran mais le monde prend ses marques de plus en plus.»

«Le Danemark et l’Iran ont fait 320 $ de commerce l’année dernière et ce sont de petites pommes de terre comparées à ce que le reste de l’Europe a en tête».

«La France, la Belgique, l’Italie et d’autres pays européens mettent en place des pipelines d’investissement et de commerce libellés en euros et soutenus par l’État qui évitent les devises et les banques américaines.»

«Le Département du Trésor utilise le statut de monnaie de réserve du dollar pour punir les entreprises européennes qui font des affaires avec l’Iran en dollars et qui utilisent des banques et des bourses américaines.»

Mais si tous les instruments américains sont évités, alors le Bureau du Contrôle des Actifs Étrangers du Trésor (dont beaucoup d’activités affectent la liberté de parole et d’association et sont probablement inconstitutionnels) a peu de recours devant les tribunaux internationaux et est débouté.

«L’Italie envisage à elle seule d’investir 5 milliards de dollars en Iran.»

«Cette poussée économique européenne concertée vers l’Iran a indigné et irrité le conseiller à la sécurité nationale HR McMaster ainsi que les gouvernements israélien, saoudien et émirati, qui espèrent convaincre le monde de rétablir des sanctions économiques contre l’Iran malgré le PAGC ou l’accord nucléaire.»

«L’argument selon lequel les entreprises iraniennes sont la propriété de l’armée iranienne ou des organisations paramilitaires iraniennes est satisfait par une poussée iranienne concertée de désinvestir l’armée des entreprises économiques clés pour rassurer les investisseurs internationaux».

Etiquette: ; ;