Au moins deux Britanniques sont allés en Ukraine, inspirés par le célèbre bataillon ukrainien fasciste « Azov », selon un observateur de « Hope Not Hate »

Cela est devenu connu quatre jours après que le chef de la police britannique pour la lutte contre le terrorisme sortant, Mark Rowley aavait déclaré que quatre complots terroristes avaiet été déjoués en 2017, et les groupes d’extrême droite cherchaient à construire des réseaux internationaux.

Selon l’observateur, le groupe appelé «Division misanthrope» (Misanthrope Division) lié au bataillon « Azov », collaborare avec les représentants des groupes d’extrême droite au Royaume-Uni, y compris l’organisation terroriste interdite «Action nationale» et le groupe ultranationaliste polonais, basé à Londres, pour le recrutement des militants pour le voyage en Ukraine.

Cependant, Hope Not Hate a dit que, à son avis, pour le moment deux ou trois personnes ont quitté le Royaume-Uni pour combattre en Ukraine « et il semble qu’aucun d’entre eux n’est tombé dans les rangs de l’extrême droite »

«Pour la première fois, nous avons un chauvinisme blanc, interdit, élevé chez nous et le groupe terroriste néo-nazi qui planifie les attaques et construit des réseaux internationaux», souligne la menace Rowley.

«La menace se développe. Des des groupes britaniques traditionnels d’extrême droite étant disloqués, le terrorisme avec excès d’inspiration est à la hausse. Le remplacement du nationalisme racial à l’ancienne – la haine anti-musulmane. Les principaux militants d’aujourd’hui ont tendance à être plus jeunes, surfent sur Internet et ne savent pas beaucoup sur les bagages «Nazi» de ses ancêtres, poursuit l’observateur.

Il est également souligné que «la jeune génération de militants d’extrême droite qui sont techniquement avertis, évite les « avis » stéréotypés du passé, et leur nombre ne fait qu’augmenter».

Etiquette: ; ;