Antoine Gallimard, le PDG de la grande maison d’édition éponyme, sort du silence. Il affirme ce dimanche 4 mars dans le « Journal du dimanche » qu’il ne renoncera pas à la publication des pamphlets de Louis-Ferdinand Céline. Des textes antisémites, violents, des années 1930 et 40 qui n’ont jamais été réédités en France.

L’éditeur Antoine Gallimard compte bien éditer ces textes de Louis-Ferdinand Céline, l’auteur connu pour Voyage au bout de la nuit, son chef-d’œuvre, mais aussi ses textes et ses pamphlets profondément antisémites.

Le but d’Antoine Gallimard n’est cependant pas de les imprimer tels quels, mais de proposer enfin une édition annotée, préfacée par des spécialistes de l’écrivain, pour expliquer, dit l’éditeur, « la coexistence du génie et de l’ignoble en un seul homme ».

Ces arguments arrivent après la polémique du mois de janvier. Pour certains, il ne faut pas publier ce versant sombre de l’œuvre de Céline. C’est l’avis de Serge Klarsfeld, historien et figure de la mémoire de la Shoah. Pour lui, la diffusion de ces textes d’incitation à la haine raciale et à l’extermination des juifs est nocive. Des associations ont même parlé d’utilisation « mercantile » de la haine.

A LIRE : Le premier ministre français encourage l’édition des pamphlets antisémites de Louis-Ferdinand Céline

Mais il est très facile de trouver ces pamphlets sur internet. Cette fois dans des éditions douteuses, peu ou mal annotées, parfois des fac-similés des éditions originales des années 1940. Une seule édition fait foi, elle a été publiée au Québec en 2012.

Etiquette: ; ;