« La montée des extrêmes est un thème régulièrement évoqué par le président de la République dans ses discours et je veux dire qu’il suit avec beaucoup d’attention et surtout beaucoup d’appréhension le résultat de ces élections italiennes », explique le journaliste Jeff Wittenberg.

 

Mais la bonne nouvelle de la journée est venue pour l’Élysée de l’Allemagne. « Les adhérents du parti social-démocrate (SPD) ont approuvé le principe d’une coalition gouvernementale avec Angela Merkel. Cela veut dire que la Chancelière va rester au pouvoir pour les deux prochaines années au moins. Ainsi, un axe franco-allemand préservé serait considéré à l’Élysée comme une garantie si jamais l’Italie devait changer de cap », conclut Jeff Wittenberg.

Les adhérents du Parti social-démocrate (SPD) ont approuvé à 66 % l’accord de coalition avec le bloc conservateur d’Angela Merkel (CDU-CSU). Ce vote ouvre la voie à la formation d’un gouvernement en Allemagne, plus de cinq mois après les élections législatives. De nombreux chantiers attendent déjà cette nouvelle grande coalition, déjà éprouvée en 2005 – 2009 puis 2013 – 2017.