Le gouvernement a annoncé mercredi un nouveau « débat national » sur la gestion des déchets nucléaires pour tenter d’apaiser la controverse sur l’enfouissement profond tout en confirmant la poursuite du projet contesté de Bure.

Ce « débat national » se tiendra entre septembre et décembre et inclura la question de l’enfouissement des déchets les plus radioactifs et à vie longue, tel que le prévoit le projet Cigeo engagé à Bure, a indiqué le secrétaire d’Etat à la Transition écologique Sébastien Lecornu.

Ces discussions à grande échelle ne seront pas les premières, après notamment la tenue du débat public de 2013-2014 sur la création du site de Bure.

Mais « les très ‘pour’ comme les très ‘contre’ s’accordent sur le manque de concertation sur le projet. Tous m’ont redemandé un débat. Et je me dis qu’il faut le refaire », a souligné M. Lecornu devant la presse.

« A projet hors norme, il est normal que la concertation soit hors norme », a-t-il ajouté. « Certes il y a des lois (prises en faveur de Cigeo, en 2006 notamment, ndlr). Sauf qu’après, il y a de nouvelles générations, de nouveaux questionnements ».

Est aussi prévue « d’ici l’été » la mise en place d’un centre de ressources en-ligne ouvert au public et d’une « instance de dialogue » d’experts.

Le gouvernement fait face à un flot de critiques des associations environnementales et anti-nucléaires depuis l’évacuation par 500 gendarmes, le 22 février à l’aube, du site de Cigeo, occupé depuis 2016 par une quinzaine de personnes. Le week-end dernier, des manifestations, interdites par la préfecture, ont été émaillées d’affrontements avec les forces de l’ordre.

Etiquette: ;