Depuis novembre dernier, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a réussi à évacuer plus de 1300 réfugiés « très vulnérables » depuis la Libye et recherche des solutions durables pour eux dans des pays tiers, a annoncé l’ONU.

« A ce jour, nous avons évacué 1062 réfugiés vulnérables au Niger dont une trentaine finalement réinstallés en France » et  » 312 lors d’une évacuation en décembre et une autre en janvier dernier en Italie », a indiqué Vincent Cochetel, l’Envoyé spécial du HCR pour la Méditerranée centrale lors d’une conférence de presse tenue mercredi à Genève, a rapporté la radio ONU info sur son site.

Cela porte à au moins 1374 le nombre total de réfugiés évacués depuis le début des opérations du HCR il y a plus de trois mois, précise la même source, ajoutant que l’Agence onusienne « plaide pour plus de places supplémentaires de réinstallation afin d’offrir une solution tangible à ces réfugiés qui se trouvent toujours en Libye. D’autant que si le processus est trop long, le centre de transit au Niger risque d’être débordé ».

D’ailleurs, Niamey a suspendu provisoirement l’évacuation de migrants et de réfugiés en provenance de la Libye.

« D’abord, on est très reconnaissant aux autorités nigériennes d’avoir été le seul pays au monde à nous avoir offert cette solution de transit. On n’a pas envie de les accabler sur cette solution temporaire de suspension », a fait remarquer Cochetel, cité par la même source.

Le HCR pense, en outre, que « la suspension sera levée le jour où Niamey verra un mouvement de sortie de ces réfugiés à partir du Niger ».

Etiquette: ; ;