Les services de sécurité allemands sont en alerte face au risque de violences visant des intérêts turcs à Berlin, Stuttgart et dans d’autres villes, a déclaré aujourd’hui le ministère de l’Intérieur, à la suite d’incendies qui ont endommagé plusieurs mosquées dirigées par Ankara au cours du week-end.

Cette série d’incidents, estime la police, pourrait être liée à des manifestations organisées contre l’opération militaire turque contre l’enclave kurde d’Afrin en Syrie.

« Les événements dans cette région sont susceptibles d’enflammer les passions parmi les Kurdes vivant en Allemagne », a déclaré une porte-parole du ministère de l’Intérieur. « Les agences de sécurité échangent constamment des informations concernant les événements en cours », a-t-elle dit. Ces violences ont été condamnées par la classe politique allemande ainsi que par des représentants de la communauté kurde.

« Quels que soient les responsables de ces attaques et ces appels à la violence, que ce soient des cercles proches du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) ou des services de renseignements turcs (MIT), rien ne justifie cette forme de violence inhumaine », a déclaré Ali Ertan Toprak, chef de la communauté kurde en Allemagne, dans un communiqué. Ali Ertan Toprak a exhorté les Kurdes vivant en Allemagne à user de moyens démocratiques pour exprimer leur opinion sur l’offensive turque contre Afrin.

Plusieurs personnes ont été blessées ce week-end lors d’un rassemblement à Düsseldorf. Des manifestations ont également eu lieu à Hambourg, Kiel, Sarrebruck et Kaiserlautern. La mosquée Koca Sinan à Berlin a été gravement endommagée dimanche par un incendie. Une enquête a été ouverte pour incendie volontaire.

Etiquette: ;