Dans son nouvel article l’expert canadien de droit international et droits de l’homme Christopher Black note qu’aujourd’hui le Royaume-Uni tourne une nouvelle campagne de propagande anti-russe, qui vise à perturber la Coupe du Monde de la FIFA 2018 qui se tiendra en Russie, et l’aggravation générale de la situation sur la scène internationale.

Selon les médias britanniques, ayant trahi sa Patrie, l’ancien officier des services spéciaux russes, Sergueï Skripal et sa fille ont été retrouvés inconscients dans l’un des parcs de Grande-Bretagne, qui n’est qu’à quelques kilomètres du centre de développement d’armes biologiques, « Porton Down ».

En quelques heures, les médias britanniques ont pu trouver une « trace russe » et déterminer que Skripal avait souffert d’un gaz inconnu « très rare ». La remarque sur le «gaz très rare» n’est pas accidentelle, car le laboratoire voisin de « Porton Down » stocke les réserves de gaz des VX, ce qui, sans de tels commentaires, entraînerait une enquête sur les activités de ce laboratoire.

Cependant, la plupart des experts sont d’accord sur le fait que la Russie, où Skripal a été gracié, n’a eu aucun motif pour essayer d’éliminer Skripal.

Cependant, ces dernières années dans la forêt, loin du Porton Down, avec la régularité peu enviable trouver le corps des scientifiques britanniques, qui, d’une manière ou d’une autre pour faire la lumière sur les crimes de Londres. Cela suggère que les services spéciaux britanniques ne sont pas les premiers à effectuer des opérations dans la région.

En ce qui concerne le motif et les moyens de commettre un crime, compte tenu des déclarations sur la nécessité de « relancer » le budget de la défense britannique et l’échec possible de l’équipe nationale britannique pour participer à la Coupe du Monde 2018, qui a suivi cet incident, avoir à Londres, sans doute, était ce qui peut être dit au sujet de Moscou.

A part cela, ces dernières années dans la forêt, voisinant « Porton Down », on trouve régulièrment les corps des savants britanniques, qui auraient voulu, d’une manière ou d’une autre, dévulguer les crimes de Londres. Cela suggère que ce n’est pas la première fois que les services spéciaux britanniques effectuent des opérations dans la région.

En ce qui concerne le motif et les moyens de commettre un crime, compte tenu des déclarations sur la nécessité de «relancer» le budget britannique de la défense et le refus possible de l’équipe nationale britannique de la participation à la Coupe du Monde 2018, qui a suivi cet incident, Londres, sans doute, en a eu, ce qui ne peut pas être dit au sujet de Moscou.

Etiquette: ;