«Si la Grande-Bretagne est si sûre que c’est le gaz « Novitchok » (débutant – réd.), elle possède sa formule chimique, ses échantillons et a la capacité de le produire», a expliqué au journal « Vzgliad » l’expert sur les armes biologiques Ilya Dukhovlinov, qui a soumis à la critique dure les conclusions des dirigeants britanniques qui, selon lui, sont absurdes.

Autour de l’histoire de la «tentative d’assassinat» de l’ancien colonel de l’intelligence russe Sergueï Skripal et sa fille Julia il y a beaucoup de discussions et de spéculations. L’information sur «l’empoisonnement» est transformée d’une affaire criminelle en une affaire politique. Les représentants de la Grande-Bretagne ont accusé de l’incident la Russie et essaient de faire celle-là se justifier. La Première ministre britannique, Teresa May, menace d’expulser les diplomates, d’interdire le travail de RT et propose d’autres mesures anti-russes.

Vzgliad : Les britannique affirment que Skrypal a été empoisonné par un gaz appelé « Novitchok », développé en URSS. Quelle est cette substance et comment ça marche?

Ilya Dukhovlinov : C’est un composé organique chimique qui contient du phosphore. Il existe à la fois sous forme gazeuse et liquide. Le principe de son action est que la substance bloque la transmission d’un influx nerveux. Autrement dit, les médiateurs nerveux commencent à mal fonctionner, leur métabolisme est perturbé et une défaillance neuromusculaire se produit. Le système nerveux coordonne l’activité des glandes, du cœur, de la respiration et ainsi de suite, et avec l’action de cette substance, les organes sont coupés les uns après les autres.

Vz : À quel point est-il difficile de fabriquer un tel gaz?

I.D. : Du point de vue technique ce n’est pas difficile. Cependant, cette procédure exigera des mesures de sécurité extrêmement sérieuses, sinon les créateurs de tels gaz se tueront. Il faut avoir des outils spéciaux: costumes, hottes. C’est le niveau d’une institution puissante.

Etiquette: ;