Près de 3.000 personnes de plus de 60 pays sont attendues au IVe Forum Économique Mondial de Yalta en Crimée, qui aura lieu du 19 au 22 avril. Parmi eux, une délégation d’industriels et de parlementaires belges. Entretien avec Aldo Carcaci, membre du Parti Populaire.

«C’est très important de permettre à la Russie et à la Crimée entres autres, de montrer ses possibilités et ses capacités», explique Aldo Carcaci, membre du Parti Populaire à l’Agence Sputnik France.

L’homme politique belge se rendra au Forum Economique Mondial de Yalta en avril prochain, parmi les quelque «150 parlementaires au Parlement fédéral belge». C’est la première fois que des députés belges se rendront sur la péninsule depuis 2014, année du rattachement de la péninsule à la Russie.

«À titre personnel, et à celui de mon parti [libéral conservateur, classé à l’extrême droite par plusieurs observateurs], nous nous intéressons à la Russie», ajoute celui qui, en 2016, avait déposé une résolution pour la levée des sanctions économiques auprès de l’Union européenne. À ses côtés notamment, Franck Creyelman, Filip Dewinter, tous deux membres du Vlaams Belang.

Pour la précédente édition de cet équivalent criméen du forum de Davos, plus de 2.200 personnes étaient venues de 46 pays. «Cette année, nous en attendons 3.000. Nous espérons que plus de 60 pays seront représentés», confie Andrey Nazarov, coprésident de l’organisation, président de la direction du fonds du Forum économique international de Yalta.

«Comme parlementaire, il est de mon devoir de rapprocher les peuples pour de bonnes relations humaines, économiques et culturelles», poursuit Aldo Carcaci.

De bonnes relations économiques, c’est en en effet ce qui se profile entre la péninsule et la Belgique. «La Crimée offre de nombreuses opportunités de développement commercial. C’est un excellent endroit pour faire du commerce, et ses conditions météorologiques favorables contribuent au développement du tourisme», explique Peter Vergauwen, conseiller commercial de la ville d’Anvers au quotidien russe Izvestia.

A LIRE : Russie : la ville d’Eupatoria s’est trouvé une soeur en France

« Je vais dans la péninsule pour attirer des investissements dans l’infrastructure portuaire. Nous prévoyons d’investir plus de 50 millions d’euros», poursuit M. Vergauwen, également propriétaire de l’entreprise de logistique Flanders Maritime Port Services.

« Le port d’Anvers est historiquement lié à Saint-Pétersbourg et à Pierre le Grand, qui a vécu quelque temps dans notre pays. Maintenant, il est nécessaire de développer des liens entre les ports de Crimée et d’Anvers [le deuxième en Europe après celui de Rotterdam, aux Pays-Bas, ndrl]. Je pense que notre expérience aidera le développement de l’économie sur la péninsule», conclut l’industriel.

Etiquette: ; ;