Plusieurs milliers de combattants rebelles et de civils s’apprêtent à quitter jeudi la Ghouta orientale, une première depuis le lancement d’une offensive du régime syrien, déterminé à reconquérir dans son intégralité l’ultime bastion des insurgés aux portes de sa capitale.

Les sorties devaient commencer à 05H00 GMT, selon l’annonce faite par le groupe rebelle islamiste Ahrar al-Cham, qui contrôle la poche rebelle de Harasta, à l’est de Damas.

L’opération a toutefois pris du retard, a constaté un correspondant de l’AFP présent à la périphérie de cette localité, qui a vu des soldats des armées russe et syrienne, stationnés sur une place poussiéreuse, près d’ambulances immobilisées.

Les sorties interviennent en vertu d’un accord passé avec le pouvoir de Bachar al-Assad et négocié par son indéfectible allié russe, alors que les territoires rebelles dans la Ghouta ont été laminés par une opération dévastatrice initiée le 18 février.

En plus d’un mois de bombardements aériens d’une rare violence et de combats au sol, l’enclave rebelle s’est réduite comme peau de chagrin et les forces du régime en ont déjà conquis plus de 80%.

Le déluge de feu quotidien a tué plus de 1.500 civils dont 315 enfants, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Quelque 1.600 combattants et des milliers de membres de leur familles doivent quitter Harasta, en plusieurs vagues, selon un membre du « comité de réconciliation » du régime syrien, impliqué dans les négociations.

Civils et rebelles, ces derniers munis de leurs armes, seront transférés vers le nord-ouest du pays, probablement dans la province d’Idleb qui échappe encore au contrôle du régime Assad.

Sur la route menant de Damas à Harasta, dont une partie est déjà sous contrôle du régime, des dizaines de bus blancs étaient garés sur le bas-côté en attendant le début des évacuations, selon le correspondant de l’AFP.

-‘Poursuivre l’offensive’-

Pour l’expert sur la Syrie Nawar Oliver, les rebelles de Harasta sont acculés: « Ils n’ont pas réussi à imposer une seule de leurs conditions. La Russie leur a dit, voici ce qu’il y a sur la table. Si ça ne vous plaît pas, on va poursuivre l’offensive terrestre ».

Le secteur de Harasta, adjacent à Damas, est le plus petit et le moins peuplé des trois poches rebelles qui subsistent dans la Ghouta orientale, à l’est de la capitale.

La grande ville de Douma, reste encore sous le contrôle du puissant groupe rebelle islamiste Jaich al-Islam. Une délégation locale mène des négociations pour déterminer le sort de la ville, selon un correspondant de l’AFP sur place.

Des centaines de civils ont quitté Douma jeudi, pour la deuxième journée consécutive, a précisé l’OSDH.

Et dans le sud de l’enclave, la poche contrôlée par un autre groupe rebelle islamiste, Faylaq al-Rahmane, était jeudi encore le théâtre de frappes aériennes meurtrières, selon l’OSDH.

L’évolution dans la Ghouta rappelle ce qui s’est passé dans d’autres fiefs rebelles reconquis ces dernières années par le régime, dont celui dans la ville d’Alep fin 2016. A l’issue de bombardements intenses et de sièges asphyxiants, les insurgés de ces localités et les civils les soutenant avaient été mis dans des bus, direction Idleb. Amnesty International dénonce des déplacements forcés de populations.

Multipliant ainsi les victoires face aux rebelles, mais aussi face aux jihadistes, le pouvoir d’Assad, appuyé par ses alliés russe et iranien, a déjà reconquis plus de la moitié du territoire syrien.

Etiquette: ;