Le football a enfin repris ses droits au stade municipal de Raqqa, capitale de Daech et enceinte qui a longtemps servi de lieu d’exécution.

Ex-capitale de Daech reprise en octobre 2017 par les Forces démocratiques syriennes, la ville de Raqqa retrouve petit à petit ses habitudes d’avant le siège de l’Etat Islamique. Correspondant de Radio France à Beyrouth, Omar Ouahmane a publié sur son compte Twitter une vidéo qui témoigne de la renaissance du sport dans cette cité du nord du pays et notamment de son stade.

Au cours de cette séquence d’un peu plus de deux minutes, on aperçoit deux équipes disputer une rencontre devant des tribunes vides, détruites, et sur un terrain en très mauvais état, mais le ballon rond a bel et bien repris le pouvoir dans cette enceinte au passé très sombre. L’EI avait fait de ce stade un lieu de tortures et d’exécutions. «Les habitants de Raqqa l’avaient surnommé le stade noir, Daech s’en servait de centre de torture et d’exécution. Le stade municipal de l’ancienne capitale des jihadistes a accueilli le premier match de football depuis des années», souligne le reporter qui a pu assister à cet événement

A VOIR : En Somalie, des femmes bravent les islamistes pour jouer au foot

Selon Omar Ouahmane, une centaine de personnes ont pris place dans les tribunes avec, parmi elles, un groupe de jeunes filles assises juste au-dessus des sous-sols, utilisés comme prisons par Daech entre 2014 et 2017. Le journaliste a pu récolter le témoignage d’Ahmed, ancien prisonnier: «Quand je suis entré dans le stade, j’étais terrifié, je tremblais: tout est revenu dans ma tête. On arrivait ici les yeux bandés…J’y suis resté cinq jours, avant d’être transféré à la prison de Takba, où j’ai passé quatre mois.»

 

Etiquette: ; ;