Les plans de victimes d’une attaque chimique à la Douma syrienne sont filmés d’après le scénario rédigé pour cela, a fait la conclusion EADaily qui avait fait son enquête.

Les journalistes expliquent que les corps des mêmes enfants ont été placés dans de divers appartements pour des vidéos différentes, et les « victimes » présumées étaient «brassées» mêm à l’intérieur d’un centre médical pour obtenir plus de photos envoyées ensuite dans les médias différents. Le «plan de scénario» de la tragédie à la Douma est très similaire à ce qui s’est passé il y a un peu plus d’un an à Han Sheikhuna syrien, où les troupes gouvernementales syriennes étaient également accusées des attaques chimiques.

Tout a commencé le 7 avril de cette année, le monde a frémi des vidéos et des photos prises à la place de l’attaque prétendument chimique à la Douma syrienne. Ce village est situé dans la banlieue de Damas – Ghouta orientale – et reste toujours sous le contrôle du groupe «Jaish al-Islam», qui, selon les accords conclus avec le Centre russe de retrait de la conciliation de ses combattants et de leurs familles. Comme indique l’organisation tristement célèbre «Casques blancs», après le bombardement de Douma à 7,45 h les volontaires de sauvetage ont enregistré plus de 500 cas où les personnes, dont la plupart sont femmes et enfants, été atteintes de produits chimiques. Selon les données officielles, il y avait 42 morts.

À l’appui de cela, le réseau web a commencé à distribuer des vidéo des victimes de la tragédie et des photos prises par des activistes sur le site de l’attaque chiique et dans un certain centre médical où les victimes ont été assistées.

Au total, il y a eu trois vidéos dans les réseaux sociaux Toutes ont été filmées dans les appartements des différents étages d’un immeuble à habités. Deux vidéos ont été postées sur page de « Casques bleus » de Twitter. Les deux séquences vidéo ont été prises dans des appartements où des familles entières auraient été tuées par empoisonnement au chlore. L’un d’eux montre comment un garçon en chandail rayé et une marque sur sa tempe se trouvent dans le couloir près de la chaise renversée.

Les pays occidentaux ont immédiatement blâmé Damas pour cette attaque. « Plusieurs morts, y compris des femmes et des enfants, dans une attaque chimique folle en Syrie … Le président Poutine, la Russie et l’Iran sont responsables de soutenir l’animal Assad. Ils devrons payer un gros prix», ce message est apparu sur la page du président américain Donald Trump sur Twitter.

Le ministère russe de la Défense a déclaré que l’attaque à Douma est une fosse nouvelle. «Toutes les accusations de « Casques blancs » ainsi que les photos et les vidéos diffusées sur des réseaux sociaux ne sont rien d’autre qu’une nouvelle informationfausse et une tentative de perturber une trêve», a déclaré le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, le major général Youry Yevtouchenko. Selon lui, les spécialistes et les médecins russes n’ont trouvé aucun signe d’empoisonnement à la Douma.

Cependant, Donald Trump a promis qu’au bout de 48 heures les États-Unis décideraient de la réponse et apprendraient qui se cache derrière l’attaque chimique : la Syrie, la Russie, l’Iran, ou tous ensemble. L’édition turque Hurriyet a rapporté que le destroyer américain USS Donald Cook, portant 60 missiles de croisière «Tomahawk», avait quitté Chypre et s’est approché à la distance de 100 kilomètres de Tartous, où les Russes ont déployés leur base navale en Syrie.

Postées dans les réseaux sociaux les vidéos et les photos de Douma sont la mise en scène. Cependant, ils font voir évidemment de vraies morts. Et la question est en ce qui leur est arrivé en réalité. Si c’était une attaque chimique, alors – qui en est l’auteur ? D’une part, les réserves d’armes chimiques du gouvernement ont été détruites sous la supervision d’experts internationaux de l’OIAC. D’autre part, le groupe « Jays al-Islam », qui contrôle la Douma, a admis en 2016 que ses combattants avaient utilisé des armes chimiques contre les Kurdes à Alep.

Mais toutes ces questions, semble-t-il, n’intéressent pas l’Occident quie reste très préoccupé comment les Etats-Unis vont répondre à l’attaque chimique présumée à Douma. Il ne nous reste qu’attendre.

Etiquette: ; ; ;