Les Etats-Unis « ne méritent pas leur statut de membre permanent au Conseil », car ils représentent une « menace pour la paix et la sécurité internationales », déclare Vassily Nebenzia.

Le Conseil de sécurité a été témoin de vifs échanges, vendredi, entre le représentant russe Vassily Nebenzia et ses homologues occidentaux, en particulier la représentante des Etats-Unis, Nikki Haley.

L’ambassadeur russe a déclaré que les Etats-Unis « ne méritent pas leur statut de membre permanent au Conseil », car ils représentent une « menace pour la paix et la sécurité internationales ».

Cela est intervenu lors d’une session d’urgence, tenue en présence du Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, pour discuter de la situation en Syrie.

Le délégué russe a déclaré, lors de son intervention, que « le contexte défini par les Etats-Unis concernant la Syrie aura de sérieuses répercussions sur le monde entier ».

Il a ajouté que la menace américaine d’une frappe militaire, en réponse à des allégations d’utilisation d’armes chimiques contre des civils par le régime syrien et le fait qu’ils encouragent d’autres pays à participer à cette mesure, « est une aventure dangereuse ».

« Personne ici (au Conseil de sécurité) ne parle de diplomatie, même avant le début des enquêtes (sur l’attaque chimique), ils ont identifié les accusés et cherchent à leur infliger une punition immédiate », a t-il poursuivi.

Nebenzia à fait le lien entre ce que Washington et ses alliés entreprennent sur la Syrie et ce qui s’est passé précédemment en Irak et en Libye, en référence à l’intervention militaire dans les deux pays.

Il a expliqué que Washington ne respecte pas le Conseil de sécurité, réitérant qu’ils ne méritent pas leur statut de membre permanent. Il les a accusé de chercher à changer le régime en Syrie, au détriment des intérêts russes, indépendamment des justifications.

Et d’ajouter : « Les événements dont nous sommes témoins prennent un tour dangereux, qui menace la paix et la sécurité internationales et la responsabilité en incombe ici à Washington et aux pays européens ».

Le délégué russe a souligné, à la fin de son intervention, la volonté de son pays de coopérer avec tous les partenaires, pour trouver une solution pacifique à la crise.

Etiquette: ; ; ;