Les récentes frappes en Syrie menées par Washington, Paris et Londres sont non seulement au cœur des conversations des leaders mondiaux, mais également des éminents représentants religieux.

Le patriarche Cyrille et le pape François ont débattu de cette question par téléphone, estimant qu’ils «ne peuvent pas rester à l’écart».

Le patriarche de Moscou et de toutes les Russies Cyrille a discuté par téléphone avec le pape François de la situation en Syrie, après les frappes menées par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni dans la nuit de vendredi à samedi contre des infrastructures civiles et militaires du gouvernement syrien.

«Nous avons pris cette initiative, sachant que les chrétiens ne peuvent rester à l’écart de ce qui se passe en Syrie. La Syrie, le Proche-Orient, c’est le lieu où le christianisme est né. Et les conflits qui s’y déroulent ne peuvent que créer des menaces, y compris pour la présence chrétienne», a déclaré le patriarche Cyrille.

Selon le patriarche, les représentants de ces deux Églises ont exprimé leur préoccupation commune au sujet de la situation en Syrie:

«Nous avons également mentionné le fait que les chrétiens devraient influencer la situation de telle sorte que la violence cesse, que la guerre s’arrête et qu’il n’y ait pas ces terribles victimes qui surviennent aujourd’hui», a précisé le patriarche Cyrille.

«Il est évident que les gens souffrent. Et le message de l’Église au monde est toujours lié à la proclamation de la paix et de la justice entre les peuples. Le silence est impossible alors que de tels évènements se passent aujourd’hui en Syrie», a conclu le patriarche.

Le patriarche Cyrille a précisé que la conversation avait eu lieu à l’initiative de l’Église orthodoxe russe.Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont attaqué dans la nuit du 13 au 14 avrildes sites d’infrastructures militaires de la Syrie. Cette coalition tripartite a tiré 103 missiles (l’année dernière, l’aérodrome militaire syrien de Shayrat avait déjà été attaqué par 59 missiles) dont 71 ont été abattus à l’approche de leurs objectifs, d’après le ministère russe de la Défense.

Moscou a violemment fustigé les frappes, affirmant que par leurs actions, les États-Unis laissaient faire les terroristes en Syrie.

Etiquette: ; ; ;