Les journalistes de la chaîne One America News Network ont visité la ville syrienne de Dumas et n’ont trouvé aucun signe d’attaque chimique, a indiqué le rapport, publié sur le site Web de la chaîne, lundi.

L’employé de One America News Network, qui était représenté comme Pearson Sharp, a déclaré que lui et d’autres journalistes avaient visité Douma, accompagnés de représentants du gouvernement syrien, inspecté le site où il y aurait eu l’attaque chimique, et discuté avec les habitants. Ils ont également visité l’hôpital, où, comme s’était indiqué précédemment, les personnes qui ont été exposées à des substances toxiques ont été déposées.

Sharp a déclaré qu’aucun des résidents interrogés n’a confirmé la version de l’attaque chimique. « Nous sommes allés chez des gens au hasard. » Personne ne s’est approché de nous « , a expliqué le journaliste. Il a noté que dans la ville ils ont interviewé jusqu’à 40 personnes.

« Aucun de ceux dont nous avons parlé dans la ville, n’a entendu ou vu quelque chose au sujet de l’attaque chimique », a déclaré Sharp. Selon lui, il s’agit des personnes qui vivent à Douma pendant plusieurs années. « Plusieurs d’entre eux étaient très proches de l’endroit où, comme il avat été allégué, il y avait eu une attaque, le jour où cela se serait produit », a ajouté le journaliste.

« Quand je leur ai demandé ce qu’ils pensaient sur l’évntualité de l’attaque chimique, ils m’ont tous dit que c’était fabriqué par les rebelles qui tenaient la ville à ce moment-là, ils ont dit que c’était une fabrication, un faux », a ajouté Sharpe. « Les villageois m’ont dit que les terroristes avaient fabriqué une attaque chimique afin que les Etat occidentaux frappent sur l’armée syrienne, afin qu’ils se laissent distancer et qu’ils puissent s’échapper. »

Etiquette: ; ;