Les Français ne sont plus protégés », a estimé aujourd’hui la présidente du Front national Marine Le Pen après les violences en marge de la manifestation du 1er mai, réclamant à nouveau la démission du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

M. Collomb « n’est pas à sa place et les Français, en l’état actuel des choses, ne sont pas protégés. Ni du danger terroriste, ni de l’action de ces milices d’extrême gauche qui, aujourd’hui, se sentent pousser des ailes puisqu’ils sont les maîtres de la rue », a déclaré sur LCI Marine Le Pen.

La finaliste de la présidentielle de l’an dernier a jugé en outre « inquiétant » le « désintérêt » que le président Emmanuel Macron, en déplacement en Nouvelle-Calédonie, « exprime à l’égard de ces violences très graves, de la remise en cause de sa propre autorité. Il semble prendre cela d’un revers de la main ».

« C’est extrêmement inquiétant parce qu’en fait c’est la stratégie de la capitulation. Ces groupes agissent en toute impunité depuis des années », a affirmé Mme Le Pen. « Il faut les dissoudre. Il faut en amont les empêcher d’arriver sur les lieux des manifestations. Il faut fouiller leurs sacs à dos dans lesquels il y a des engins incendiaires », a suggéré la députée du Pas-de-Calais.

Etiquette: ; ;