René Dosière, rapporteur du statut de la Nouvelle-Calédonie en 1998 revient sur le drame d’Ouvéa et sur la construction de la nation calédonienne, alors qu’Emmanuel Macron y est en déplacement.

« On a tiré les leçons d’Ouvéa ». Invité d’Europe 1 Bonjour vendredi, René Dosière, ancien député PS, spécialiste de la Nouvelle-Calédonie et rapporteur du statut de la Nouvelle-Calédonie en 1998 fait le point sur le statut de ce territoire français, 30 ans après la prise d’otages d’Ouvéa, et alors qu’Emmanuel Macron est sur place, à quelques mois seulement d’un référendum sur l’indépendance de cette dizaine d’îles.

« Le pire traitement ». « Ouvéa a complètement renversé la vapeur de la Nouvelle-Calédonie », explique René Dosière. « ‘On ne s’est plus engagé vers une guerre civile, comme c’était le risque, mais sur une période de 30 ans pendant laquelle on s’est préoccupé du développement et de la restauration de l’identité kanak ». « Il faut rappeler que le traitement des Kanaks a été le pire de tous les occupants de nos colonies », lance le spécialiste. « Le premier bachelier kanak a eu son diplôme en 1962 ! Mais tout ça, c’est terminé ».

Etiquette: ; ;