La Chancelière allemande, Angela Merkel, a réitéré son engagement à l’Accord nucléaire avec l’Iran, bien qu’elle a avoué son « imperfection ».

C’est ce qui ressort de la première plénière à la session législative actuelle au Parlement allemand (2017 – 2021) tenue mercredi matin.

Merkel a déclaré dans une allocution prononcée lors de la plénière suivie par Anadolu : « Ce n’est pas juste de saper l’Accord nucléaire avec l’Iran. Il faut y tenir bien qu’il soit imparfait, en plus de la menace que représente le programme nucléaire iranien pour Israël ».

Quant aux relations avec les Etats-Unis, Merkel a ajouté: « Malgré les difficultés que nous affrontons actuellement, les relations transatlantiques sont et seront toujours d’une extrême importance ».

Le président américain, Donald Trump, avait annoncé, la semaine dernière, qu’il réimposera de nouvelles sanctions à l’Iran et s’est retiré de l’Accord nucléaire, sous prétexte que « l’Accord est mauvais et qu’il n’avait pas réussi à circonscrire les ambitions nucléaires de l’Iran, ni à freiner le développement de son programme de missiles balistiques ».

La France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, en leur qualité de représentants de l’Europe, ont refusé de se retirer de l’Accord, et ont exprimé leur engagement à son égard.

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Russie, États-Unis, France, Chine et Grande-Bretagne), ainsi que l’Allemagne, avaient signé, en 2015, un accord avec l’Iran concernant son programme nucléaire.

Etiquette: ; ;