Les leaders des 28 pays de l’UE se sont accordés mercredi soir à Sofia sur une «approche unie» pour sauvegarder l’accord nucléaire iranien après la décision du président américain Donald Trump d’en retirer les Etats-Unis, a indiqué une source européenne.

Les chefs d’Etats et de gouvernements européens ont convenu qu’ils continueraient de soutenir l’accord, «pour autant que l’Iran le respectera» et «de lancer leurs travaux pour protéger les entreprises européennes affectées par la décision américaine».

Les dirigeants européens ont parallèlement assuré qu’ils «répondraient aux inquiétudes (américaines) sur le rôle régional de l’Iran (au Moyen-Orient) et sur son programme de missiles balistiques», selon la source européenne.

Le dîner organisé mercredi soir dans la capitale bulgare sera surtout l’occasion de tester la cohésion des 28 soumis par Donald Trump à une forte pression depuis quelques mois. La décision du président américain de retirer les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien et de rétablir les sanctions économiques menace les activités des entreprises étrangères qui commercent avec Téhéran. En amon du dîner, le président du Conseil européen, Donald Tusk, n’a pas mâché ses mots : «Au regard des dernières décisions de Trump, quelqu’un pourrait penser : avec des amis comme celui-ci, a-t-on encore besoin d’ennemis ? (…) Il nous a fait réaliser que si vous cherchez une main secourable, vous la trouverez au bout de votre bras.»

 

Etiquette: ; ; ;