Deux hommes avaient été arrêtés le 11 mai alors qu’ils s’apprêtaient à commettre un attentat avec «soit de l’explosif, soit à la ricine», a annoncé Gérard Collomb.

Une semaine après l’attaque au couteau qui a fait un mort et cinq blessés à Paris, les autorités françaises ont déjoué un nouveau projet d’attentat. «Il y avait deux jeunes gens d’origine égyptienne qui s’apprêtaient à commettre un attentat, avec soit de l’explosif, soit à la ricine, ce poison (…) très fort», a déclaré Gérard Collomb sur BFMTV, ce vendredi. «Ils avaient des tutoriels qui indiquaient comment construire les poisons à base de ricine», a ajouté le ministre, précisant qu’il s’agissait de deux frères. «Nous avons pu déceler leur projet d’attentat et les arrêter», a conclu le ministre.

L’enquête des services de renseignement a commencé sur l’application de messagerie cryptée Telegram, souvent utilisée par les djihadistes. Lors de leur veille, les services ont repéré «un compte particulièrement actif dans la sphère pro-djihadiste a été détecté, celui d’un jeune Egyptien d’une vingtaine d’années», a confié au Figaro une source proche de l’enquête. Dans la foulée, une perquisition a été menée à son domicile et un sac contenant de la poudre noire extraite d’un bloc de pétards a été retrouvé. Les enquêteurs ont aussi mis la main sur du matériel informatique qui contenait, entre autres, des tutoriels pour fabriquer des explosifs ainsi qu’une vidéo qui expliquait comment utiliser la ricine, un poison très puissant. Son interpellation a eu lieu le 11 mai, à la veille de l’attaque au couteau à Paris, commise par Khamzat Azimov, un djihadiste franco-russe qui a tué une personne et en a blessé cinq autres dans le quartier de l’Opéra. Il a été arrêté dans le XVIIIe arrondissement parisien, en même temps que son frère, né la même année.

Etiquette: ; ;