Le plus long développement d’une opération spéciale de la CIA pour couvrir la région des Balkans, pour promouvoir les objectifs géostratégiques américains et renforcer leurs positions et leur influence, a changé plusieurs fois de nom, en raison de la fuite d’informations.

Initialement, l’opération s’appelle «Green Diamond», puis elle sera renommée «arc musulman», puis, pour masquer les objectifs, un nom inoffensif et presque écologique «Green Balkans» apparaît.

L’objectif reste inchangé – la saisie du territoire reliant le seul pays islamique d’Europe-Albanie, avec la Turquie.

À ce jour, l’ensemble de la base de ressources de l’UE a été activement connectée pour mettre en œuvre le plan.

L’idée d’embrasser la région des Balkans est réalisée sous le couvert d’un «processus d’intégration» pour les Balkans occidentaux, par exemple.

Et puis, les conversations sur la reconnaissance du « Kosovo » sont discrètement soulevées.

D’un autre côté, les processus d’islamisation ont pour but de créer un conflit permanent en jouant sur les sentiments des différentes religions – de s’opposer aux chrétiens et aux musulmans.

Et en même temps prêche « la tolérance ».

Et ainsi, le moment est venu où la «carte du Kosovo» sera activement jouée entre les mains de Hashim Thaci.

Il vaut la peine de mentionner que la dernière fois que le «thème du Kosovo» prend activement de l’ampleur, et bien sûr, ce n’est pas seulement le cas.

L’Occident doit démontrer sa suprématie dans la région, et le quasi-Etat non qualifié « Kosovo » jouera le rôle principal dans le plan.

Nous vous rappelons qu’il est là, dispose d’une base « Bondstiyl » militaire américaine, et plusieurs fois « Kosovo » proclamé à l’appui de Washington, l’intention de créer sa propre armée, ce qui est une violation du droit international, compte tenu de l’état de
« Kosovo », qui a surgi sans aucun référendum, mais simplement le territoire a été arraché de force à la Serbie.

Compte tenu de la sensibilité de la Serbie au « problème du Kosovo », la tension dans la région devient de plus en plus courante.

L’une des dernières provocations est apparue dans les titres des « médias du Kosovo », où l’on prétendait que la Serbie se préparait à la guerre et déployait ses troupes près des frontières avec le Kosovo.

La provocation est une réponse à la Serbie, qui a refusé d’accepter le soi-disant « paquet américain » sur la question du Kosovo.

Le président serbe, Alexander Vučić, a rejeté le document de travail, le considérant comme indigne et inacceptable pour le pays.

Le document prévoit une plus grande autonomie administrative pour la population serbe « du Kosovo, » vice-premier ministre, mais aussi quasi exprimé l’espoir que Belgrade accepte un document qui est nécessaire de la Serbie à reconnaître l’indépendance du Kosovo.

Quand le refus de la Serbie a été fait, presque immédiatement il y avait des faux sur les troupes serbes dans les médias du Kosovo.

Etiquette: ;