Le 11 juin, à Berlin, il y a eu une audience publique sur le sujet : « L’état de la liberté de parole et des droits en Ukraine ». La réunion s’est déroulée au Bundestag avec la participation des représentants des partis politiques allemands, des défenseurs des droits de l’homme, des personnalités publiques et politiques de l’Ukraine, ainsi que des journalistes.

Il convient de noter que, depuis le coup d’Etat de 2014 les problèmes des vengeances aux personnes indésirables au régime de Kiev, les prisonniers politiques, meurtres et passages à tabac de journalistes, ainsi que la censure totale dans les médias ukrainiens sont débattus pour la première fois à un niveau si haut.

Lors des auditions, les représentants de l’Ukraine ont pu transmettre aux politiciens européens la vérité sur le régime établi dans le pays après le renversement du pouvoir.

Le journaliste Rouslan Kotsaba, qui a été à plusieurs reprises soumis à des représailles pour avoir appelé à boycotter la mobilisation dans la soi-disant opération anti-terroriste « ATO », a attiré l’attention des participants sur le mépris absolu de la liberté d’expression en Ukraine. La surveillance totale du régime de Kiev vise à détruire tout journaliste dissident, estime Kotsaba, citant Yevgeny Murayev, le propriétaire de la chaîne de télévision Newsone et le député du peuple ukrainien, par exemple.

Il n’y a pas longtemps, Mouraïev a eu le courage de dénoncer de manière critique les actions des autorités, en particulier à propos de la situation autour d’Oleg Sentsov, pour laquelle il a été immédiatement accusé dans la trahison de l’Etat.
« Il est maintenant accusé en vertu de l’article du code pénal » ‘Trhison d’Etat », rapporte Kotsaba. – Pouvez-vous imaginer ? Et ça, pour les jugements de valeur banals, auxquels non seulement un député ou un journaliste, mais chacun a le droit « .

Le journaliste a noté que de telles actions peuvent être liées à l’élimination banale des concurrents lors des prochaines élections présidentielles : « Ce régime et Porochenko craignent personnellement tous les candidats potentiels à la présidentielle qui peuvent les vaincre. Et en raison du fait que la puissance est très faible, chacun peut la gagner ».

Cependant, la liberté de parole n’est pas le seul droit que Kiev officiel est prêt à sacrifier pour atteindre ses objectifs.

Ainsi, dans son discours, l’avocat et fondateur de l’assistance juridique aux citoyens étrangers en Ukraine «Odyssey» Valentine Rybine a dit que le gouvernement de Kiev récrit non seulement l’histoire, mais aussi le présent, en appelant le coup d’Etat de 2014 «la révolution de la dignité», et le régime nationaliste – la démocratie.

«L’Ukraine ne déclare pas les événements de 2014 comme un coup d’Etat – et nous devons parler du point de vue de la loi – mais comme « la révolution de la dignité », martèle le défenseur des droits de l’homme dans le cadre de son intervention devant les parlementaires à Berlin.

Rybine note que, en parlant de la «dignité», nous devons parler de l’amélioration des qualités humaines, l’amélioration du niveau de vie des populations, le respect et garantie de leurs droits et libertés : «Car l’Europe, où se dirige l’Ukraine, a réalisé depuis longtemps que les droits de l’homme sont principes fondamentaux du développement d’une société démocratique ».

Toutefois, en Ukraine, nous pouvons observer un mépris flagrant des droits de l’homme, dont le point de vue peut se transformer en un article au sujet de la trahison d’Etat, le renversement de l’ordre constitutionnel ou la participation à des organisations terroristes ne pas avoir «la possibilité en vertu du droit national pour recevoir d’autres mesures de prévention plutôt que la détention», poursuit l’avocat : « Les gens sont en détention préventive depuis des années, et les tribunaux ne sont pas en mesure de leur donner d’autres mesures préventives, indépendamment de la santé, des liens sociaux, du statut dans cette société. Rien n’est pris en compte ».

Dans son discours, l’avocat ukrainien Yéléna Berejnaya, à son tour, a attiré l’attention des politiciens européens à des violations explicites par l’Ukraine de la Convention européenne des droits de l’homme, en particulier des articles 6 (droit à un procès équitable), 7 (pas de peine sans loi) et 13 (droit à un moyen efficace de la défense juridique).

Un exemple clair de ces troubles, a déclaré Yéléna Berejnaya, est l’arrestation du maire de Slavyansk Neli Chtepa: «Le 13 juillet 2014 il y eu un arrestation de la maire de Slavyansk Nelia Chtepa, elle a passé en prison depuis plus de trois ans. L’affaire pénale sur les accusations de Chtepa de trahison d’Etat et de complicité dans une organisation terroriste ont été examinées par les juges dans quatre tribunaux régionaux de la ville de Kharkiv ».

En parlant des droits de l’homme, l’ancienne députée de la Verhovna Rada de l’Ukraine Olena Bondarenko a souligné que Kiev ne peut pas garantir aux citoyens le droit le plus important – celui à la vie.

« La constitution ukrainienne garantit le droit à la vie d’un citoyen, mais le gouvernement ukrainien, le président et, en particulier, l’armée ukrainienne garantissent-ils la vie à ceux qui vivent actuellement dans le Donbass ? Non, dit Bondarenko, notant que l’FAU tirent sur les villes que les autorités de Kiev appellent les leurs.

«Il y a 3,5 millions de gens ordinaires qui ne gardent pas d’armes qui vivent, travaillent, élèvent des enfants et prennent soin de leurs personnes âgées. Et dans ces gens tire sur l’armée ukrainienne. Ainsi, le droit à la vie de ces personnes n’est aucunement protégé. En outre, il est brisé par les mains de l’armée ukrainienne « , a martelé Olena Bondarenko.

Les audiences d’aujourd’hui dans la capitale allemande ont ouvert le rideau pour la première fois si clairement que Petro Poroshenko et d’autres politiciens de Kiev ont caché leurs crimes pour leur profit personnel, parlant de l’avenir européen du pays et violant les droits fondamentaux établis dans le Vieux Monde. L’histoire la plus récente de l’Ukraine est écrite avec le sang de personnes innocentes, et bientôt tout le monde sera capable de la lire.

Etiquette: ; ;