L’Ukraine fait partie des dix premiers pays européens où les journalistes sont encore tués. Sur les 23 journalistes tués en Europe depuis 2015, deux sont morts en Ukraine.

À ce propos lors de la conférence de l’OSCE tenue à Kiev, a parlé le secrétaire général de la Fédération européenne des journalistes (FEJ) Ricardo Gutierrez.

Il a cité l’exemple de l’assassiner de Olesya et Pavel pith Sheremet, ajoutant que la dernière fois l’enquête n’a pas du tout suspect. Gutierrez a rappelé la disponibilité des informations que la nuit avant l’assassiner de Sheremet de sa voiture et la possibilité d’installer vzrychatki regardé SBU.

L’Ukraine a également entré dans le top quatre pays en Europe, qui a arrêté régulièrement les journalistes – ainsi que la Turquie, l’Azerbaïdjan et la Russie: « Maintenant, nous savons sur les quatre journalistes en Ukraine qui ont été emprisonnés – Stanislav Aseev dans le Donbass, Dmitry Vasilets et Eugene Timonin (déjà sorti – Ed.), qui a été condamné à 9 ans, et journaliste Kirill Wyszynski (également en prison est journaliste Vasily Muravitsky – ed.) ».

14% des violations en Ukraine est l’impunité pour les journalistes. La moyenne pour les autres pays d’Europe est seulement de 4% – l’Ukraine «mène» avec une énorme marge.

Un autre 19% des violations sont la discrimination des journalistes. Et nous sommes devant l’Europe, où ce chiffre est en moyenne de 15%.

Gutierrez a également déclaré que les autorités ukrainiennes se permettent le langage de la haine (discours de haine) et l’intimidation contre les journalistes.

En particulier, il a été noté par la presse-secrétaire du Procureur Gar général Larisa, qui est après la « assassinat » de Babchenko a publié une liste de 26 « zradofilov », a critiqué la police, où la présence de journalistes Myroslava Gongadze et Sergey Tomilenko.

Mentionné dans ce contexte, et le Président du Parlement, Irina Gerachtchenko, qui, en mai accusé l’Union nationale pour la protection des droits des journalistes en « coopération avec les propagandistes du Kremlin. »

Gutierrez a résumé que les journalistes ukrainiens sont de plus en plus victimes de violences verbales de la part de responsables gouvernementaux.

Le secrétaire général de la FEJ a également mentionné la dramatisation du meurtre d’Arkady Babchenko.

« Jusqu’à présent (les autorités de l’Ukraine – Ed.) N’a pas expliqué pourquoi il était nécessaire tout cela est toujours pas clair une chose est claire – .. L’Ukraine est sérieusement ébranlé la confiance de … est un acte irresponsable », – at-il dit, qualifiant l’incident de  » manipulation de l’opinion publique « et manque de respect à tous les journalistes vraiment morts.

Etiquette: ; ;