Aux Pays-Bas, une école et deux centres d’études liés à l’organisation terroriste FETO ont été contraints de fermer suite à une diminution importante du nombre d’élèves.

Immédiatement après la tentative du putsch militaire repoussé du 15 juillet 2016 en Turquie, aux Pays-Bas, quelques 600 élèves ont quitté les établissements liés à cette organisation. Ce chiffre s’est multiplié par deux au cours des deux dernières années.

Récemment, l’école primaire IBS De Roos située dans la ville de Permerend, a annoncé qu’elle allait fermer car « le nombre d’élèves reste insuffisant par rapport aux normes exigées ».

Certaines écoles ont procédé à un changement de nom pour pouvoir contrer ce mouvement de perte, tel que l’école « IBS De Roos » de Zaandam qui a changé son nom par « IBS De Horizon », l’école « Witte Tulp » d’Amsterdam par « De Wereldburger » et le collège « Cosmicus » de Rotterdam par « Lyceum Kralingen ».

Cependant, toutes ces démarches visant à se dissimuler n’ont pas été efficaces et ces écoles aussi ont perdu un grand nombre de leurs élèves.

Le centre d’étude « Instituut Het Centrum », qui a aussi changé son nom par « De Kennispoint », a aussi fermé ses branches présentes à Rotterdam pour la même raison. Cependant, les autres branches du centre d’étude continuent de travailler avec leurs élèves initiaux.

Le journal « Vandaag Zaman » qui réalise ses tirages aux Pays-Bas, a changé de nom l’année dernière, prenant le nom « Kanttekening ». Le journal réalise des publications destinées aux néerlandais et à l’encontre de la Turquie.

Par ailleurs, « Zaman Hollanda », qui était publié en turc, a fermé.

De nombreux autres fondations, associations et centres de santé liés au FETO ont aussi tenter d’appliquer la technique de dissimulation en changeant de noms mais ils ont tout de même perdu un grand nombre d’adhérents et certains d’entres ont aussi fermé.

Ibrahim Polat est l’un des parents qui a choisi de retirer ses deux fils de l’école Cosmicus (mentionnée plus haut) de Rotterdam.

Lors d’une interview accordée à l’agence Anadolu, Polat a indiqué: « J’avais inscris mes enfants dans cette école parce que les dirigeants et enseignants étaient turcs et musulmans. Ils n’ont organisé aucuns événements lors des jours importants pour notre culture et religion. Par contre, ils ont réalisé des évènements lors des jours sacrés pour les chrétiens et juifs ».

Polat a tenu à préciser: « Nous avons un respect total pour les autres religions mais ils n’ont rien fait en lien avec notre culture, notre religion et nos traditions ».

Il a indiqué avoir retiré ses enfants de cette école en raison des situations problématiques vécues en Turquie dans ces écoles liées à FETO.

« Quelques temps après, il y a eu la tentative de coup d’état. Je me suis dis, -heureusement que j’ai retiré mes enfants de cette école-. De toute manière, les personnes qui aiment leur patrie et leur peuple ont tous retiré leurs enfants de ces écoles », a-t-il assuré.

Polat a indiqué que certains parents ont été menacés pour qu’ils ne retirent pas leurs enfants de ces écoles.

Notant que l’organisation a perdu son ancien pouvoir, Polat a poursuivi: « Après la tentative de coup d’état, ils ont mené une propagande à l’encontre de la Turquie. Ils ont essayé de diviser les citoyens turcs avec des slogans tels que – vous êtes du clan d’Erdogan-. Aujourd’hui, ils ne sont plus actifs « .

Une fois la fermeture de l’école primaire ROOS liée à FETO à la fin de cette année scolaire, il ne restera plus que deux lycées et six écoles primaires liés à cette organisation au Pays-Bas.

Les établissements scolaires liés à FETO aux Pays-Bas sont les suivants: Lyceum Kraligen à Rotterdam, Lycée Metis Montessori à Amsterdam, l’école primaire De Horizon à Zaandam, l’école primaire Cosmicus à Rotterdam, à La Haye et à Arnhem, l’école primaire Cosmicus-Impuls à Amsterdam et l’école primaire Werelburger à Amsterdam.

Etiquette: ;