Environ 2.500 mineurs migrants non accompagnés en Grèce, soit les deux tiers de ceux actuellement dans le pays, ne bénéficient pas de structure d’hébergement et se trouvent dans une situation « périlleuse », s’est alarmée jeudi l’organisation non gouvernementale Metadrasi.

« Selon des données du Centre national de solidarité sociale (Ekka), 3.670 mineurs non accompagnés se trouvent actuellement dans le pays dont seuls 1.135 sont hébergés dans des foyers ou familles, le reste se trouvant dans des conditions périlleuses », a indiqué Evdokia Gryllaki, responsable de la gestion des mineurs non accompagnés de Metadrasi.

La majorité des mineurs non protégés sont des Pakistanais, soit 38,4%, qui « n’ont pas le profil habituel du réfugié ayant la possibilité de bénéficier de protection, comme c’est le cas par exemple des Syriens », a déploré cette responsable, lors d’une conférence à Athènes sur cette question.

Elle a souligné que « 12% des mineurs sans protection sont des SDF (sans domicile fixe, NDLR) et que seuls 66% sont scolarisés ».

« Le défi actuellement est de trouver des solutions pour leur intégration surtout via leur scolarisation car la majorité (55,5%) sont censés rester dans le pays » car ils n’entrent pas dans des catégories de relocalisation ou regroupement familial, a-t-elle relevé.

Au total 28 structures d’hébergement de mineurs non accompagnés existent actuellement en Grèce, d’une capacité de 1.115 places, selon l’Ekka.

Metadrasi, qui ?uvre pour la défense des droits des migrants et réfugiés et surtout ceux des mineurs non accompagnés, a secouru depuis 2015 – année du plus fort de la récente crise migratoire – 4.133 mineurs dont 3.633 jeunes hommes, en majorité Afghans, Syriens et Pakistanais.

Etiquette: ;