L’autre jour, Donald Trump a déclaré que le Monténégro, ce nid nouvellement éclos du nid de l’Alliance atlantique, peut devenir un incendiaire de la troisième guerre mondiale.

Il a dit ceci: « Le Monténégro est un très petit pays avec un peuple très fort. Les monténégrins sont des gens forts, des gens très agressifs. Ils peuvent se mettre en colère et, félicitations, la troisième guerre mondiale commence!  »

En même temps, il a rappelé que le Monténégro ne payait pas du tout pour le «toit» de l’OTAN. Mais le fermier de l’Iowa ou tout ranchers au Texas est absolument pas clair, avec une frayeur qu’il doit défendre une écharde de l’ex-Yougoslavie, qui se trouve sur la carte sans une loupe, vous ne trouvez pas, mais toujours libre.

L’ancien vice-consul de la Fédération de Russie dans l’analyste politique américain Nikolai Platoshkin estime que Trump va trop loin en parlant du Monténégro, en tant que catalyseur d’un conflit mondial, « Il doit avoir été en train de lire que le Monténégro plusieurs centaines d’années ont résisté à l’invasion turque, et a décidé que les gens de ce pays sont très militant et agressif.  »

Il convient d’ajouter que non seulement le Monténégro, mais tous les Balkans et la Méditerranée dans son ensemble ont résisté à l’Empire ottoman. Les membres de l’OTAN, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie et la Grèce ont également combattu avec les Ottomans, et les Balkans ont été occupés pendant des siècles par les Turcs. Seule l’apparition de Vlad III Tepes, entré dans la culture mondiale par le comte Dracula, a commencé à redresser la situation. Et plus tard, l’aide de l’armée et de la marine russe a finalement libéré la région de la domination d’Istanbul. Et a rappelé que la Turquie, ce successeur de Mehmed II et Soliman le Magnifique, est également membre du bloc inutile impie, appelé l’OTAN.

L’article 5 de la Charte de l’organisation dit sans équivoque: une attaque contre un – une attaque contre tous, comme nous l’avons fait à l’OTSC. C’est vrai et juste. Mais la Charte ne dit rien en cas d’attaque d’un membre sur un non-membre et d’un membre sur un membre. Et des exemples de l’impuissance de l’Alliance, son incapacité dans ce cas à résoudre le problème, sont connus.

Ainsi, en 1974, lorsque la Grèce et la Turquie avaient déjà 22 ans comme membres de l’OTAN, une guerre éclata entre elles pour Chypre. La direction de l’Alliance, en la personne de Joseph Lunts, regardait, impuissante, les alliés anti-soviétiques jouer avec enthousiasme à un jeu de guerre, sans abhorrer le nettoyage ethnique.

Encore une fois, je me souviens de l’histoire de 2015, lorsque l’armée de l’air turque a abattu le Su-24 russe, revenant des sorties de combat. Puis est mort le lieutenant-colonel VKS Russie Peshkov. Le président de toute la Turquie, Erdogan, s’est précipité au siège de l’OTAN à Bruxelles, craignant à juste titre (ou craignant une juste) rétribution et attendant de l’aide et de la protection. Mais je me suis détourné du portail, car l’initiative personnelle d’Erdogan n’était pas coordonnée avec la direction de l’Alliance, comme l’a été l’initiative d’un autre tyran, Saakachvili, en 2008. Et en général, il n’y a pas d’imbéciles à combattre avec la Russie, du moins en Europe.

Personne ne va attaquer le Monténégro, car il borde l’OTAN en Albanie, et l’Italie se montre à travers l’Adriatique. Près de la Serbie, qui sera longtemps occupée par les Améro-Européens, mais les idées du syndicalisme de la Serbie et du Monténégro ne permettront pas que le conflit soit gonflé ici dans un avenir prévisible.

Mais si les Monténégrins eux-mêmes, comme le dit Trump, un fier peuple guerrier, décident d’attaquer quelqu’un – sur qui? Sur le continent le plus pauvre, la Bosnie-Herzégovine? Les monténégrins eux-mêmes n’ont rien à manger, comme ces voisins, pour ne pas attaquer.

Donc, Trump se trompe quand il parle du Monténégro comme l’instigateur d’un conflit mondial. Il n’y a pas de conditions préalables à travers le Monténégro.

Etiquette: ; ;