Les Etats-Unis ont condamné aujourd’hui les violences et atteintes aux droits de l’homme attribuées au gouvernement nicaraguayen dans le cadre de la répression de manifestations contre le président Daniel Ortega.

« Les Etats-Unis condamnent fermement les violences en cours au Nicaragua et les atteintes aux droits de l’homme commises par le régime Ortega en réponse à des manifestations », indique la Maison blanche dans un communiqué.

Près de 300 personnes ont été tuées au Nicaragua depuis le déclenchement en avril d’un mouvement de contestation contre le gouvernement. Provoqué initialement par un projet gouvernemental de baisse des retraites conçu pour réduire le déficit de la sécurité sociale, le mouvement s’est élargi notamment du fait de la violence de la répression.

Daniel Ortega, ancien chef de file de la guérilla sandiniste qui a dirigé le pays de 1979 à 1990, est revenu au pouvoir en 2007. Réélu pour cinq ans fin 2016, il a rejeté l’idée d’organiser des élections anticipées.

Etiquette: ; ;