L’affrontement d’aujourd’hui entre l’Occident et l’Orient devrait être vu à travers le prisme de l’échec actuel des États-Unis. Dans son article, Dmitry Orlov cite les indices indiquant cet échec.

Cette approche est importante pour comprendre les décisions des États-Unis et les actions de la Russie, ainsi que l’importance de la propagande pour maintenir l’image de l’empire, dont les jours sont comptés.

Si l’on pense à l’effondrement de l’empire américain, l’effondrement de l’Union soviétique, qui a eu lieu il y a près de trente ans, est une source inépuisable d’exemples et d’analogies. Certains des événements qui se sont produits lors de l’effondrement de l’Union soviétique, peuvent servir de point de référence, quand on parle des États-Unis, ce qui nous permet de mieux deviner les événements qui peuvent soudainement se transformer en un effondrement progressif et brutal.

Lors de l’effondrement de l’URSS, tout le monde a eu la même réaction : « Qui aurait pu savoir ? » Eh bien, je le savais. Je me souviens très bien de la conversation avec un médecin qui a coupé mon appendicite au cours de l’été 1990. Il m’a demandé ce qu’il adviendrait des républiques soviétiques, en particulier de l’Arménie. Je lui ai dit qu’ils deviendraient indépendants dans moins d’un an.

Il a été choqué. J’étais en vacances depuis des mois. Et je pense pouvoir parler de l’effondrement des États-Unis avec le même degré de précision.

J’étais probablement au bon moment et au bon endroit et je voulais comprendre comment je pouvais tout prévoir avec autant de précision. À cette époque, j’étais engagé dans la mesure de l’électronique et la collecte de données pour des expériences sur la physique des hautes énergies, et non sur la soviétologie. L’été avant l’effondrement de l’Union soviétique, je passé à Leningrad, où j’ai grandi, et a eu une très bonne idée de ce qui se passe dans l’Union soviétique.

À cette époque, une foule d’experts russes professionnels travaillant dans divers bureaux du gouvernement à Washington, des fonds américains et des universités ne savaient pas à quoi s’attendre.
Je pense qu’il ya un certain algorithme: si votre carrière dépend de l’existence de X, et si X est sur le point de cesser d’exister, alors vous ne voulez vraiment pas même de prédire avec précision cet événement.

A l’inverse, si vous pouviez prédire avec précision la fin inattendue de l’existence d’un « X », alors vous seriez assez intelligent pour pré-changeurs, parce que vous ne serez plus un expert sur le « X », et votre avis sera ignoré. Les gens vont penser que vous avez été licencié d’un bon travail, et maintenant vous êtes aigri et partial.

Maintenant, j’observe le même phénomène chez les experts russes aux États-Unis: ils ne peuvent pas imaginer que les phénomènes qu’ils ont étudiés toute leur vie disparaissent, deviennent insignifiants.

Ou, peut-être, ils représentent, mais en réalisant cela, ils ont peur de ne plus être invités à un talk-show.

Je pense d’avis d’expert – c’est quand vous savez beaucoup de choses sur quelques-unes, qui est, vous savez tout sur rien – et cela n’existe pas dans la nature – il est sa conclusion logique. Peu importe. Mais je pense que nous, les laïcs qui ont l’effondrement de l’expérience de l’URSS, sera mieux préparée à cet effondrement, il vaut mieux que les Américains.

Et ce n’est pas une question d’éducation : ceux qui avaient prévu avec précision l’évolution des événements, peuvent avoir le temps de ne pas tomber dans le broyeur, alors que, comme le reste ne parcourez pas dans une brume drogué et des matériaux d’exécutions de masse et d’autres d’événements extraordinaires sont encore considérés comme digne d’être publié dans les journaux.

Cette expérience nous permet d’identifier certaines des conditions préalables apparues à l’époque et apparaissant aujourd’hui. Maintenant, je veux parler de quatre d’entre eux :

1. La perte des alliés

2. L’inimitié en baisse

3. L’idéologie devient sans importance

4. La situation militaire s’affaiblit

Tous ces signes d’effondrement des États-Unis se manifestent déjà. Comme dans le cas de l’effondrement de l’Union soviétique, pour chacune de ces tendances, il y a une certaine période d’incubation, qui peut durer un an ou deux, au cours de laquelle il n’y a pas quelque chose de spécial, mais quand le processus est terminé, puis tout à la fois et sur tous les fronts commence à changer.

1. Alliances

Après l’effondrement de l’Union soviétique, les anciennes relations amicales se sont progressivement détériorées et se sont ensuite transformées en inimitié. Avant l’effondrement, le rideau de fer s’étendait entre l’Europe de l’est et de l’ouest. Trois décennies plus tard, il s’étend entre la Russie et les pays baltes, la Pologne et l’Ukraine.

Bien que les pays du Pacte de Varsovie après-guerre aient reçu de nombreux avantages de ses relations avec la Russie et de sa puissance industrielle, leur adhésion au camp soviétique est devenue un obstacle majeur pour le progrès, ce qui rend difficile de les intégrer avec les pays occidentaux plus stables et prospères et le reste du monde.

La même chose se produit actuellement dans les relations américano-européennes. Leur coopération montre déjà des signes de tension, alors que Washington tente d’empêcher l’intégration européenne avec le reste de l’Eurasie.

En particulier, des sanctions unilatérales économiques présentent une menace à part, visant les tentatives de bloquer la construction de pipelines russes vers l’Europe et forcer les Européens à acheter du gaz naturel liquéfié américain à hauts prix.

Ces actions ont démontré que la relation n’est plus mutuellement avantageuses.

Et comme la Grande-Bretagne s’éloigne de l’Europe et de se rapproche des États-Unis, peu à peu nous observons à l’horizon l’apparitiob d’un nouveau rideau de fer, mais cette fois il va séparer le monde anglophone et l’Eurasie.

Des événements similaires se développent dans l’est, touchant la Corée du Sud et le Japon. Une grande différence entre les déclarations de Trump sur Twitter et la rhétorique conciliante sur la Corée du Nord a démontré l’absence de garanties de sécurité aux États-Unis.

Les deux pays comprennent maintenant la nécessité d’adopter leurs propres mesures de sécurité et de confirmer leur souveraineté militaire. Jusqu’à présent, pour les États-Unis, cette incohérence des actions n’est qu’un point intermédiaire sur la voie de la perte d’influence.

A suivre

Etiquette: ; ; ;