En revenant sur une déclaration faite la semaine dernière, le Premier ministre Nikol Pachinyan a déclaré hier qu’il n’insisterait pas forcément pour les changements constitutionnels destinés à faciliter la tenue de nouvelles élections législatives en Arménie.

Il a également nié les affirmations des anciens dirigeants du pays selon lesquelles il harcèle le Parlement actuel, cherche à contrôler le système judiciaire et à étouffer la dissidence.

En vertu de la Constitution de l’Arménie, des élections législatives rapides ne peuvent être organisées que si le Premier ministre démissionne et si l’Assemblée nationale ne parvient pas à se mettre d’accord pour élire son remplaçant à deux reprises. Le parti républicain de l’ancien président Serge Sargsian (HHK) compte toujours la plus grande faction au Parlement.

S’adressant à ses dizaines de milliers de partisans rassemblés vendredi à Erevan, M. Pachinyan a mis en garde le HHK et les autres forces parlementaires sur la possibilité qu’ils installent un Premier ministre de leur bord en cas de démission. Il a prévenu que son équipe politique rédigera donc des amendements constitutionnels permettant au Parlement de se dissoudre. Il a ajouté être prêt à obliger les députés à adopter ces amendements.

Cependant, le Premier ministre a déclaré hier que les changements constitutionnels ne sont que « l’un des scénarios » envisagés par son gouvernement. « Ce qui a été dit sur la place [de la République d’Erevan] doit être pris en considération, mais ce n’est pas la seule option possible », a-t-il nuancé face à la presse. « Nous aurons des discussions. »

L’idée de Pachinian d’essayer de modifier la Constitution par la pression populaire a suscité de vives inquiétudes chez les hauts responsables de HHK dans leur ensemble, et le président du Parlement, Ara Babloyan, en particulier. Dans une vidéo adressée à la nation, Babloyan a accusé Pachinyan de soumettre le Parlement à la « pression et à la coercition ».

Babloyan a également déploré les avertissements sévères de Pachinian à l’encontre de ses opposants politiques et des juges qui, selon lui, sont liés à l’équipe politique de Sarkissian. « Le discours du Premier ministre Pachinyan lors du rassemblement contenait des messages extrêmement dangereux à l’ordre constitutionnel, qui étaient tout simplement contraires aux obligations internationales de l’Arménie de construire un Etat de droit démocratique », a regretté le porte-parole.

Babloyan a ajouté qu’il envisageait de discuter de ses « préoccupations profondes » avec des proches de Pachinian, le président Armen Sarkissian, ainsi que d’autres responsables arméniens et diplomates étrangers basés à Erevan.

Pachinian a déclaré qu’il était prêt à rencontrer Babloyan. « Il est très important pour nous que nos concitoyens, y compris les députés, comprennent correctement nos activités politiques et n’aient pas de craintes et de préoccupations inutiles », a t-il commenté.

L’ancien journaliste âgé de 43 ans a rejeté les critiques du HHK, affirmant que les dirigeants de l’ancien parti au pouvoir ne « comprenaient toujours pas correctement la situation ». « Je n’exerce de pression sur personne », a-t-il souligné. « J’appelle simplement tout le monde à prendre en compte l’opinion des gens. Ils ne doivent pas mettre les gens dans une telle situation que cela nous obligerait à effectuer à nouveau une Révolution. »

Dans ce contexte, Pachinian a assuré ne pas avoir été inquiété par le retour politique déclaré de Robert Kotcharian, président qui fait maintenant face à des accusations de coup d’Etat suite à la répression de 2008 contre des manifestants anti-gouvernementaux à Erevan. Kotcharian est trop impopulaire pour poser une menace sérieuse au gouvernement actuel, a-t-il noté.

En conséquence, Pachinyan a maintenu ses affirmations selon lesquelles il est fortement soutenu par la grande majorité des Arméniens. « Je ne suis pas au pouvoir, ce sont les gens qui sont au pouvoir », a-t-il conclu.

Etiquette: