Marine Le Pen a salué aujourd’hui une rencontre « fondatrice » mardi entre le Premier ministre national-conservateur hongrois Viktor Orban et l’homme fort du gouvernement italien Matteo Salvini (extrême droite), qui ont clairement pris pour cible le président français Emmanuel Macron.

Cette rencontre « est fondatrice: le choix des européennes 2019 sera bien celui entre l’UE de Macron, en marche vers le fédéralisme et l’immigration de masse, et l’Europe des Nations libres, des identités et des protections que nous représentons! », a écrit sur Twitter la présidente du Rassemblement national (RN, ex FN).

La dirigeante du RN, allié de la Ligue italienne dirigée par M. Salvini, ne croit plus au clivage gauche-droite et oppose régulièrement les « mondialistes » aux « nationaux ». En déplacement au Danemark, Emmanuel Macron a assumé mercredi le rôle d' »opposant principal » aux « nationalistes », que lui a décerné Viktor Orban pour qui le président français est le chef de file des « partis promigrants ». « Je ne céderai rien aux nationalistes et à ceux qui prônent ce discours de haine », a-t-il ajouté à Copenhague. Pour le président français, « il se structure une opposition forte entre nationalistes et progressistes » en Europe.

Etiquette: ; ; ;