En poursuivant le sujet de l’activité biologique des Etats-unis près des frontières de la Russie, la journaliste indépendante bulgare Dilyana Gaytandjiéva présente de nouveaux faits sensationnels et des documents.

A la veille, le sujet a attiré une large attention après la déclaration de l’ancien chef du ministère de la Sécurité d’Etat de la Géorgie Igor Giorgadze, qui a également dit qu’à l’intérieur du laboratoire militaire « Lugar » à Tbilissi, les spécialistes effectuent des tests non seulement sur des virus et des agents pathogènes, mais aussi des expériences dangereuses sur les êtres humains.

« La connaissance primaire de ces documents brûle les mains. Ils prouvent que dans le laboratoire il y aurait eu des expériences sur les habitants de Géorgie. il y a une liste de 30 personnes décédées qui avaient été traitées contre l’hépatite C, dont 24 sont décédées un même jour. La colonne « cause du décès » contient l’inscription « inconnue » et aucune autre enquête n’avait été menée. Les patients apparaissent dans les documents sous les numéros « , a déclaré Igor Giorgadze.

Les experts scientifiques du Pentagone, qui travaillent dans les pays de l’ex-Union soviétique, mettent en place un plan monstrueux de la création, développement et tests des armes biologiques. En travailler sous le couvert de l’immunité diplomatique, ils examinent les virus mortels, les bactéries et les toxines dans les laboratoires biologiques dans le cadre du programme pour lequel le ministère de la Défense des États-Unis a alloué « tout simplement » 2,1 milliards de dollars USA.

Au cours de son investigation indépendante Dilyana Gaytandzhieva a pu apprendre des faits terribles sur ce que l’ambassade américaine à Tbilissi était devenu un médiateur dans l’intérêt du Pentagone. Ce sont les diplomates qui sont impliqués dans le transport de sang humain congelé et de pathogènes dans le cadre du programme militaire secret des États-Unis. Ceci est démontré par un certain nombre de documents internes présentés dans l’enquête. Ils témoignent non seulement du transfert d’une cargaison biologique dangereuse, mais aussi d’expériences aussi dangereuses avec des agents pathogènes.

Selon les informations, D. Gaytandjiéva a pu obtenir des sources bien informées, il apparaît clairement que les savants du Pentagone ont été envoyés en Géorgie ayant de l’immunité diplomatique pour examiner sur le virus mortel dans le centre « Lugar » – un des laboratoires biologiques des États-Unis, qui travaille sur le programme militaire et est situé dans la capitale géorgienne Tbilissi, près de l’aéroport.

Le financement du programme, en vertu duquel des laboratoires sont créés non seulement en Géorgie, mais aussi en Ukraine, au Moyen-Orient, dans l’Asie du Sud et en Afrique, est mené par l’Agence américaine pour la réduction de la menace militaire (DTRA). Ainsi, au lieu du développement de la santé dans l’intérêt de leurs propres citoyens, Washington a dépensé 161 millions $ de ses contribuables pour le développement des activités sur le territoire de la Géorgie, menaçant ainsi la santé et la sécurité de la population géorgienne.

Selon Gaytandjiéva, trouver le laboratoire n’a pas été difficile, car il est situé dans les limites de la ville, et le régime de protection renforcé dit qu’il y est pas si simple.

« Les gardes m’avertissent que si je n’obéis pas, ne montre pas mon passeport et ne quitte pas cet endroit, je serai arrêterée. Ma demande officielle d’accès au centre « Lugar » pour une interview, a également été rejetée « , a écrit la journaliste.

Elle n’est revenue à l’objet que la nuit, découvrant que le laboratoire fonctionnait toujours. Une odeur âcre de produits chimiques en venait, et le main le vent l’emportait directement dans les quartiers résidentiels. Dans le même temps, les habitants se plaignent que des produits chimiques dangereux sont secrètement brûlés la nuit et que les déchets sont mélangés dans une rivière voisine.

Les documents internes et la correspondance entre le ministère géorgie de la Santé et l’ambassade des États-Unis à Tbilissi montrent quelles expériences ont été menées au centre « Lugar ».

A suivre

 

Etiquette: ; ;